Grève des greffiers : les précisions du porte-parole de la justice, Sékou Keita

juin 8, 2018 6:32
0

Les greffiers ont annoncé une grève générale sur l’ensemble du territoire national. Faux, rétorque le garde des sceaux. Au contraire, il s’agit d’une minorité, qui a décidé d’aller à la grève sur la base d’une pétition pour exiger l’application de leur statut.

« Ce n’est pas une grève générale illimitée comme ils le disent. Le garde des sceaux ne minimise pas la grève, très honnêtement. Mais c’est une partie de la corporation, qui a décidé d’aller à la grève sur la base d’une pétition pour exiger l’application de leur statut sur les points suivants : les indemnités et les primes de logement et de transport, de fonction et d’audience. Mais pour que cela soit, il faut un arrêté conjoint. A date, le ministère a fait l’avant-projet. Mais il faut qu’il soit étudié par une commission tripartite : la justice, la fonction publique et le budget. Il n’y a que cinq personnes concernées, qui ont demandé une pétition, au nom de tous les greffiers. Après, on s’est rendu compte qu’il ne s’agit pas de toute la corporation. Aujourd’hui, les cours et tribunaux ont travaillé normalement. Les 98 % des greffiers et leurs auxiliaires. Nous avons eu des discussions avec toute la corporation. Hier, jusque tard la nuit, nous étions autour de la table de négociation. Après nos échanges, ils ont promis d’aller consulter la base. Mais ils sont au nombre de cinq. Donc, ce n’est pas une grève générale illimitée. Mais une grève sur la base d’une pétition. On parle de grève générale illimitée, s’il y a eu une assemblée générale au préalable, qui a décidé sur PV. Mais où est le PV », a-t-il expliqué.