Grève du SLECG : Aboubacar Soumah appelle à une manif populaire à Conakry ce lundi

janvier 3, 2019 4:58

« Vive les huit millions », « abas la radiation » « à bas l’intimidation », « à bas la peur », « Kassory voleur » ; ce sont entre autres slogans scandés ce jeudi 3 janvier 2019 par les enseignants grévistes dirigés par le SLECG (Syndicat Libre des Enseignants de Guinée). C’était à la faveur de l’assemblée générale extraordinaire au siège de l’institution syndicale à Donka.

D’après Aboubacar Soumah, le secrétaire général du SLECG, depuis le début du combat, les femmes enseignantes occupent toujours la première ligne. « C’est pour cette raison, nous gardons l’espoir que nous allons gagner ce combat. Nous sommes presqu’à la fin de notre face-à-face. Toutes les balles sont tirées, nous sommes sur la dernière ligne maintenant. Nous allons continuer à montrer à la face du monde que l’enseignant guinéen ne reculera jamais dans la réclamation de ses droits. Tous les enseignants et les parents d’élèves sont invités ce lundi prochain au rond-point de l’Aéroport Conakry-Gbessia. Les forces sociales sont déjà prêtes à nous accompagner », a lancé le syndicaliste Soumah.

En ce moment précis, a rappelé Aboubacar Soumah, le SLECG a été contacté par le ministre conseiller de la Présidence, Tibou Kamara qui a déclaré qu’il a été mandaté par le chef de l’Etat Alpha Condé. Aboubacar Soumah a fait savoir aux enseignants que n’eut été l’implication «fructueuse» du ministre Tibou Kamara dans la crise éducative, qu’il avait exigé au gouvernement pour tout contact d’adresser un courrier au SELCG via l’inspection générale du travail.

« Après des échanges téléphoniques suivis des contacts physiques avec le ministre Tibou, il est question de vous (les enseignants) faire un compte-rendu fidèle. Nous avons dit au gouverneur de la BCRG que nous ne voulons plus de contact. Si le gouvernement  décide de nous rencontrer, qu’il nous adresse une correspondance dûment signé via l’inspection générale du travail. Le ministre Tibou Kamara nous a dit qu’il est mandaté par le président de la République ».