Grève du SLECG : accusé par ses camarades de «trahison», Oumar Tounkara se défend !

décembre 25, 2018 3:45

Rien ne va au sommet du SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée). Le deuxième secrétaire général adjoint, Oumar Tounkara est reproché d’entretenir des contacts non justifiés avec les autorités de la Primature et celles de BCRG (Banque Centrale de la République de Guinée).

Joint au téléphone ce mardi 25 décembre, le premier secréta  ire général adjoint Abdoulaye Portos Diallo a accusé Oumar Tounkara de lâché l’ensemble des enseignants d’où sa mise à l’écart des négociations.

Le syndicaliste Oumar Tounkara reproché d’être proche des autorités de la Primature  et celle de la BCRG. «La grève continue jusqu’au bout, Oumar Tounkara a lâché l’ensemble des enseignants. Sa position d’hier n’est plus la même d’aujourd’hui. Il s’est fait isoler pour des raisons que nous ignorons.  M. Tounkara n’a plus la même ambiance qu’avant. Aujourd’hui, les gens ont compris sa position et il est mis à écart. Oumar Tounkara n’est pas suspendu mais, ce qui reste clair, il ne peut pas créer la zizanie entre nous. Nos mandats nous reprochent souvent que Oumar Tounkara rime en contrecourant avec le Bureau Exécutif National du SLECG. Sa proximité avec la Primature et la BCRG date de longtemps. Nous avons fait des mises en garde qu’il n’a pas compris et aujourd’hui, il s’est clairement positionné. Il s’y rendait en permanence sans nous rendre compte. Nous ne savons pas ce qu’il veut pour notre mouvement», a-t-il fait savoir.

De son côté, le concerné Oumar Tounkara a déclaré au bout du fil qu’il n’est au courant de rien et que tout se passe bien. «Personne ne m’a dit que je suis mis à écart des négociations. C’est archi-faux, même hier (lundi 24 décembre, NDLR)  nous étions en réunion avec notre centrale syndicale l’USTG (Union Syndicale des Travailleurs de Guinée) de 16 heures à 19 heures. Pour le moment la grève continue», a-t-il répondu.