Greve du SLECG: des élèves de Kipé et Château dans la rue pour réclamer la reprise des cours

octobre 22, 2018 3:08
0

Ce lundi matin des manifestations d’élèves ont été signalées dans certains quartiers de Conakry pour exiger la reprise effective des cours. C’est le cas de Château et au lycée de Kipé où des enfants sont sortis barricader la route et jeter des pierres. Ce qui a perturbé la circulation routière sur le tronçon Aéroport-Bambéto.

Une situation qui intervient 4 semaines après la grève lancée par le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) qui réclame un salaire de base de 8 millions de francs guinéens. Les jeunes élèves scandaient des slogans demandant une reprise des cours avec des enseignants en classe.

«Vraiment, c’est dommage pour les élèves guinéens. On se sait plus quoi faire. Que le président prenne ses responsabilités pour que les élèves retournent à l’école. C’est notre avenir qui est en jeu. On veut étudier pour être comme eux. Les enseignants doivent retourner en classe. C’est tout ce qu’on réclame. Il faut qu’ils mettent fin  à cette guéguerre, on en a marre. Sinon  on va manifester», a déclaré Aïssatou Diallo, élève en terminale Sciences expérimentales, au Lycée Kipé.

Quant à Mohamed Diallo, enseignant au Lycée de Kipé, il exprime son incompréhension face à l’attitude des élèves qui ont cassé tout sur leur passage.

«Vraiment, je ne comprends pas ce qui se passe. Les élèves sont venus saccager tout mon bureau alors que j’étais en classe. Que les services de sécurité libèrent le passage pour eux. On va rentrer c’est mieux. La situation est très confuse», a-t-il ex expliqué.

Du côté de la ‘’Cité de l’air’’, il n’y a pas eu de cours ce lundi matin. Des enfants en colère sont sortis barricader  la route et jeter  des pierres. Eux aussi ils réclament la reprise effective des cours.

«Nous avons le BEPC cette année. Si on n’étudie pas, ce n’est pas bon pour nous. Depuis le matin, nous sommes là mais il n’y a aucun professeur. C’est pour cela que les lycéens sont venus nous chercher et nous sommes sortis pour manifester. Mais le proviseur nous a dit de nous calmer jusqu’à demain il va régler la situation. Mais si nous venons demain et qu’il n’y a pas de cours, nous allons sortir manifester encore jusqu’à la reprise des cours », prévient un autre élève de la 10ème du Lycée-Collège de la Cité de l’Air.

Jusque vers 12 heurs des élèves frondeurs régnaient en maitres sur la transversale entre l’Aéroport et Bambéto où  la circulation est complètement coupée. Sur place, les forces de l’ordre tentaient de disperser les manifestants  à coup de gaz lacrymogènes.