« Grogne » au sein du FNDC: Ibrahima Diallo pointe des manœuvres du pouvoir

0
931

Après la sortie d’Elie Kamano contre le Front national pour la défense de la Constitution, d’autres jeunes se réclamant de la structure ont accusé Abdourahmane Sano et compagnie de détournement de fonds dans le cadre de la lutte contre le changement constitutionnel. Ce samedi, en conférence de presse, Ibrahima Diallo, chargé des opérations du FNDC, a dit qu’il ne commente pas des propos des gens qui ne font pas partie du front. Il a tout de même donné des détails sur le fonctionnement du FNDC.

C’est d’abord avec ironie qu’Ibrahima Diallo a évoqué la situation de ceux qui parlent mal aujourd’hui au Front national pour la défense de la Constitution : « Vous savez, il y a des moutons qui se sont introduits dans la cour du FNDC pour brouter de l’herbe à notre insu. Ils se sont engraissés dans l’attente de se vendre très chers à l’approche de la fête de Tabaski. »

Selon Ibrahima Diallo, les jeunes qui avaient récemment organisé une conférence de presse pour charger le FNDC n’étaient même pas membres du front, raison pour laquelle leur première conférence a été annulée par la Maison de la Presse: « Quand ce groupe de personnes a voulu organiser une conférence ici en tant que membres du FNDC, la Maison de la Presse leur a demandé d’envoyer un document prouvant qu’ils sont membres du FNDC. Puisqu’ils étaient incapables de donner ce document-là, parce qu’ils ne sont pas membres, ils n’ont jamais été membres du FNDC, la Maison de la Presse était obligée d’annuler cette conférence de presse que les gens-là avaient prévue en tant que membres du FNDC. C’est par la suite qu’ils se sont retrouvés pour parler en leurs noms. »

Concernant les accusations de détournement, le responsable des opérations du FNDC explique : « Par rapport à la cagnotte qui est en ligne, c’est ici qu’on a procédé à son lancement pour vous dire quels sont les principes, pourquoi nous lançons ça. Au FNDC on ne prend pas l’argent espèce de quelqu’un. C’est impossible. Au FNDC nous n’avons pas de caisses comme projet où vous allez chercher de l’argent et en fin justifier [son utilisation]. Quand nous devons assister par exemple à des gens qui sont en prison ou pour faire face à l’organisation de nos marches par rapport aux engins, à la sonorisation, nous cotisons entre nous par rapport à cette activité-là. Après c’est fini. »

Ibrahima Diallo soutient que le pouvoir a plusieurs fois essayé de déstabiliser le FNDC en y envoyant des espions, sans succès. Il accuse les dignitaires du pouvoir de donner de l’argent à ceux qui insultent le front pour le déstabiliser, le décrédibiliser : « Nous avons des informations sur toutes ces personnes qui s’agitent aujourd’hui contre le FNDC. Toutes ces personnes ont reçu de l’argent des dignitaires du pays pour venir crier contre le FNDC, se réclamer du FNDC, insulter les leaders du FNDC. »