Guerre de succession au RHDP en Côte d’Ivoire : qui pour sauver l’écurie de Ouattara ?

0
563

Après le décès du Premier ivoirien Amadou Gon Coulibaly, (le lion comme le surnomment ses admirateurs) à trois mois des élections présidentielles, le parti au pouvoir, le Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) fait face à une guerre de succession sans précédent.

Les cadres de ce parti au pouvoir en Côte d’Ivoire se bousculent et les consultations internes voire même nocturnes se poursuivent. En dehors du probable retour du Président Ouattara, on cite entre autres, les noms de l’actuel ministre d’Etat, ministre de la Défense national, Ahmed Bakayoko (AmBak, pour les intimes) ; l’homme d’affaires, ancien ministre de l’Intégration Africaine et actuel Directeur Exécutif du RHDP, Adama Bitoco ou du Secrétaire général de la Présidence de la République, Patrick Achi, pour remplacer le défunt Premier ministre et conduire le parti présidentiel à la Présidentielle du 31octobre prochain.

Dauphin désigné d’Alassane Ouattara, la mort brusque du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly ouvre une féroce bataille pour sa succession au sein du RHDP qui ne manque cependant pas de cadres. Ainsi depuis quelques jours, on parle de plus en plus du probable retour d’Alassane Ouattara sur la scène politique. « Dans la configuration administrative et politique actuelle du pays, il serait difficile d’imaginer un seul instant qu’une institution puisse refuser sa candidature », disait un confrère de Figaro

Et en se pliant aux prescriptions de la Constitution et en s’abstenant de revenir sur la scène politique pour un dernier bras de fer avec son éternel rival Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara n’a que trois mois pour faire émerger un autre leader et le faire accepter par sa base.

Mais qui dans son camp pour succéder à Gon Coulibaly dans une coalition dont l’épine dorsale reste le Rassemblement des Républicains (RDR) ?

L’électorat du RDR ayant habitué la direction de leur parti à ne réserver les postes qu’aux cadres du nord, c’est bien évidemment sur la liste des politiciens du nord qu’il faudra imaginer le deuxième scénario de la succession d’Amadou Gon Coulibaly.

Aujourd’hui, les regards sont d’abord braqués vers Hamed Bakayoko, l’actuel ministre de la Défense, connu pour être un des fidèles lieutenant d’Alassane Ouattara depuis plusieurs années. Il y a aussi l’homme d’affaires, Adama Bictogo qui plane sur le parti et reste actif dans l’entourage du président Ouattara. Même sans aucun charisme ni même de bastions électoraux, Alassane Ouattara saura-t-il faire accepter ces deux hommes par ses partisans à moins qu’il ne surprenne les ivoiriens en optant pour un cadre qui ne soit pas du nord et même issue du RDR.

 Patrick Achi pourrait faire figure de candidat idéal surtout qu’en face, il y aura le vieux Henry Konan Bédié dont l’état de santé et le poids de l’âge constitueront sans doute des handicaps possibles devant gripper sa machine pendant les campagnes qui s’étaleront sur plusieurs jours. Si Patrick Achi est retenu et bénéficie du soutien effectif de la machine électorale du RHDP, il pourrait créer la surprise. Et sans compter sur les absences possibles de l’ex-président de la République Laurent Gbagbo et de Guillaume Soro, le parti au pouvoir pourra s’en sortir mieux.