Guinée : A partir du 1er juillet, sera ouvert un registre sécurisé dans les états civils (ministre)

juin 20, 2018 8:07
0

La Guinée a désormais des nouveaux registres d’état civil sécurisés. Ils entreront en vigueur à partir du 1er juillet 2018. C’est le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, le général Bouréma Condé qui a procédé ce mercredi 20 juin au lancement desdits documents, a-t-on constaté au siège du département à Conakry.

Selon Bouréma Condé, le lancement des registres d’état civil sécurisés est un acte majeur qui marquera désormais notre histoire faite de hauts et de bas du système d’état civil dans notre pays.

Pour Bouréma Condé, c’est un des axes de renforcement des capacités des services de l’état civil en matériel, en équipements et en outils de gestion en vue d’accroître leur performance. « Ces nouveaux registres de naissance, de mariage et de décès comportent de nombreux éléments de sécurité à l’instar des billets de banque. Il s’agit des actes infalsifiables qui défient toutes actions de faussaires, permettant aussi d’améliorer la fiabilité des documents d’identité », a-t-il expliqué.

En conséquence, Bouréma Condé a invité les officiers d’état civil de Guinée à utiliser uniquement ces nouveaux registres sécurisés dès le 1er juillet 2018. A partir de cette date butoir, a rappelé le ministre Condé, les feuillets des anciens registrés seront considérés nuls et de nul effet et devront être totalement retirés du circuit de délivrance des documents d’état civil par la Direction nationale de l’état civil. « Une opération d’incinération de ces actes périmés sera organisée sous l’égide du département », a-t-il promis.

Pour terminer, Bouréma Condé a déclaré que la citoyenneté commence par l’authenticité des faits d’état civil. Il s’agit de l’acte de naissance, l’acte de mariage, l’acte de décès et les cahiers villageois d’enregistrement des naissances. « Lorsqu’ils ne sont pas authentiques, la citoyenneté elle-même est mise en cause », a-t-il signalé.

Prenant la parole, le représentant adjoint de l’UNICEF en Guinée, Guy Yogo, a affirmé que sur le plan du développement socioéconomique, le développement du capital humain est une priorité pour la Guinée. « L’état civil est un outil qui permet exactement le développement du pays. Chaque enfant qui naît, sera un enfant qui sera enregistré de façon sécurisée. Toute famille qui se forme légalement, aura une famille qui sera  enregistrée également de façon sécurisée avec l’acte de mariage », a-t-il expliqué.

Et de poursuivre : « Tout citoyen qui perd la vie est également un acte qui sera aussi enregistré de façon sécurisée. Cela permettra aux pouvoirs publics et aux décideurs de pouvoir disposer des données fiables pour générer des politiques de développement. »

Pour clore, M. Yogo a indiqué que l’état civil constitue la base de la démocratie d’un pays et de la paix sociale. Selon lui, cet ensemble de système sécurisé permettra aux pouvoirs publics et à la population de participer à la vie de la nation de façon paisible et redevable.