Guinée : Affaire 28 septembre – Quand un ministre contredit son prédécesseur

0
759

« Il n’y a pas de contingences politiques »

Le ministre de la Justice par intérim Mamadou Lamine Fofana n’est pas d’accord avec son prédécesseur Me Cheik Sacko qui a indiqué que le « démarrage du procès (sur le massacre du 28 Septembre 2019) est freiné par des contingences politiques ».

« Je ne suis pas d’accord. Les  contingences politiques ne sont jamais apparues dans ce dossier…Il n’y a aucune contingence qui puisse entraver la tenue de ce procès », a dit le ministre par intérim lors d’un point de presse animé jeudi dernier sur le dossier. « La preuve, il y a des inculpés qui ne sont pas sur le territoire, mais on a envoyé une commission rogatoire pour les entendre », a-t-il dit.

Mamadou Lamine Fofana a par ailleurs indiqué que la volonté politique du président Alpha Condé pour la tenue du procès est sans équivoque. « J’ai été conseiller spécial du président de la République en matière de justice, je peux témoigner que ça n’a jamais été le cas », a-t-il dit.

Il faut rappeler que  l’ancien ministre de la Justice Me Cheik Sako a démissionné en mai dernier. Entre autres motifs de sa démission : son opposition à toute modification constitutionnelle. L’engagement de l’ancien avocat au barreau de Montpellier était salué par les victimes des évènements du 28 Septembre 2009.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.