Dialogue politique : Le comité de suivi du dialogue dans un processus laborieux

0
630

Le comité de suivi du dialogue politique inter guinéen s’est réuni ce mercredi 11 décembre au Palais du peuple de Conakry sous la présidence de la Primature, a-t-on constaté sur place.

Au sortir de la salle, le facilitateur Mohamed Laho Bangoura également Conseiller du Premier ministre en charge de la diplomatie et du développement, est revenu devant les médias sur les grandes lignes de ladite rencontre. Lisez :

«Nous sortons d’une très longue et constructive séance de dialogue politique inter guinéen, la deuxième depuis la reprise. Je dois vous faire savoir qu’à la faveur de la séance du jeudi dernier, les deux bords politiques – mouvance présidentielle opposition- s’étaient accordés pour demander à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) de fournir des informations techniques indispensables pour la poursuite des consultations. Cet après-midi mercredi, des représentants de la CENI ont fait des présentations. En ce qui concerne le parachèvement du processus des élections locales et communautaires, la CENI a proposé un schéma opérationnel qui devait permettre d’obtenir les résultats par quartier et par district pour nous permettre de finaliser le processus. Sur la deuxième question concernant les élections législatives, la CENI a fait le point sur l’état d’avancement de la mise en œuvre des recommandations de l’audit du fichier électoral et sur les opérations qui ont été déjà déroulées, celle de l’enrôlement et les étapes à venir notamment les opérations de duplication, de gestion de candidature, d’affichage et de révision des listes électorales. Nous avons ensuite ouvert les discussions sur ces deux questions. Il y a eu beaucoup d’observations ensuite des propositions ainsi que des recommandations ont été formulées. Il a été tout simplement retenu par les deux bords politiques de poursuivre les consultations et de se retrouver afin d’approfondir les discussions sur ces questions », a-t-il expliqué.    

Il y avait au compte de la mouvance présidentielle, les ministres Bah Ousmane, Aboubacar Sylla et le Directeur du Fonds d’Entretien Routier (FER) Souleymane Traoré alors que l’opposition était représentée par les députés Aliou Condé, Cellou Baldé et Boubacar Barry de l’UFR.