Guinée : ce que démontre la confusion sur les 11 mille ‘’fictifs’’ au sein de l’Education

octobre 6, 2018 11:20
0

Il n’y a jamais eu le contrôle et le suivi sur la coordination des mouvements des fonctionnaires et des salaires au niveau de l’administration. Entre la Fonction Publique et le ministère des Finances, il y a quelque chose qui ne marche pas, ce qui démontre que l’Etat n’a jamais maîtrisé le nombre des fonctionnaires et la masse salariale.

Cela est un dysfonctionnement qui ne date pas d’aujourd’hui. En 1981, les fonctionnaires bénéficiaires de bourses de perfectionnement étaient différemment traités. L’arrêté qui mettait ces boursiers en congé sans solde était clair à partir de la date de départ à la date d’arrivée de formation. Pour recevoir de nouveau le salaire à la reprise de fonction, il fallait présenter le CCP (certificat de cessation de paiement). Ceux qui avaient leur salaire domicilié dans une banque ont vu leur compte renfloué pendant leur durée de stage ; ceux qui étaient au billetagerepartait à zéros. Et à chacun de ces fonctionnaires, il était exigé le certificat de cessation de paiement. Ceux qui étaient au virement se sont munis de leur CCP au même titre que les autres.

A partir de là, on a su qu’il n’y avait aucune coordination et aucune rigueur dans les mouvements salaires et travailleur. Cela signifie que la masse monétaire était inconnue du ministère de l’Economie et des Finances.

La situation qui vient de naître, n’y a-t-il pas un flou artistique ou une sorte de confusion qui profiterait aux DAF ? En tout cas, il y a quelque chose qui cloche…