Guinée – Culture : Que sont-ils devenus ? Zoom sur Yaya Bangoura en convalescence aux USA

août 12, 2019 2:08

Auteur : Abdoul Ly, ingénieur des mines et chroniqueur culturel de Guinéenews©, a Conakry, Guinée.

Né en 1957 à Kindia, Yaya Bangoura ‘’El Bango’’ est fils de feu Soriba Bangoura et de M’Bambé Soumah. Il est marié à une femme et père de trois enfants.

Yaya Bangoura est enseignant et chanteur compositeur depuis près de 42 ans. Il est toujours présent sur la scène musicale guinéenne et internationale.

A l’âge de 15 ans, le jeune Yaya Bangoura, plus ou moins prédisposé, interprétait déjà avec talent, les mélodies hindoues et nombreux autres airs des chansons populaires guinéennes.

Séduit par ses aptitudes, l’ensemble traditionnel du quartier Camp Boiro s’offrira les services de Yaya par l’intermédiaire de N’na Yakhumba Diawara, mère des guitaristes Yakhumba Sékou et de Lamine Ninja. De prestations en prestations, au cours des cérémonies de réjouissances et manifestations populaires, El Bango épatera plusieurs spectateurs.

Ce contrat sera de courte durée. Car, l’ensemble du camp Boiro se verra confisquer l’assistance de Yaya Bangoura par l’instance supérieure de la Fédération de Conakry 2. C’est ainsi qu’il fut recruté en 1972 au sein de l’orchestre fédéral des pionniers de ladite fédération.

C’est le début d’une nouvelle étape et d’un parcours jumelé à celui d’une jeune et dynamique formation orchestrale, qui sera baptisée au nom du Syli authentique. La première dame de la république d’alors Hadja André Touré, s’engagea à parrainer cet ensemble orchestral de son berceau

Très tôt, cet orchestre de jeunes pionniers imposera sur le podium artistique guinéen, un timbre musical, teinté de rythmes du terroir aux sonorités toutes particulières. C’est en somme, le résultat d’un lien harmonique entre les différentes sections musicales qui composent la formation.

‘’El Bango’’ très inspiré par divers sujets, parviendra tant en solo qu’en duo, à émerveiller le public de la capitale à travers de nouvelles compositions.

Des titres comme André, Sènèro, Sinamuso et autres ont permis à cette formation de se tailler une grande part du prestige et une assurance parmi d’inébranlables autres formations dans la course à l’ascension, pour le bonheur radieux de la musique guinéenne.

Au fil des ans, la voix aigüe et presque demoiselle de Yaya Bangoura va fasciner les esprits mélomanes et accroitre la notoriété du Syli Authentique, permanent locataire du night-club L’Oasis.

Par des soirées de démonstrations enflammées, pendant lesquelles, les absents du mouvement ‘’Yaba yaba’’ ont eu toujours tort, Yaya progressait à pas sûrs dans la pratique de la chanson. Il devint l’idole des jeunes qui se ruaient à l’Oasis, à la Piscine, à la maison des jeunes de Kénien et presque partout où il devait se produire.

Yaya Bangoura baladera ses prouesses en compagnie du Syli Authentique pendant 23 ans

De 1972 à 1995, inclus bien sûr quelques moments de vache maigre, assurément le parcours de Yaya Bangoura est truffé de succès à la dimension de son potentiel de créativité, de sa grande qualité de chanteur orchestre. D’où résulte son dynamisme de persévérer.

C’est en 1995, que le bon goût de Kania en plus de sa mission d’éducateur, prendra l’élan. A partir de là, commença l’ascension de sa carrière solo.

C’est une nouvelle orientation à mener avec prudence car, c’est seulement au prix d’une persévérance dans le labeur et d’une gestion rationnelle de la profession, que l’on pourrait garantir l’atterrissage dans ce monde du show-biz.

Avec l’engagement et la ferme volonté de gagner le pari, ‘’El Bango’’ ne mettra pas du temps pour ajuster ses pas à ceux de plusieurs autres artistes déjà dans le bain.

C’est la première expérience. La toute première baignade débouche sur la sortie de son album en 1995, le premier intitulé ‘’La patience’’, cuisiné au studio JBZ d’Abidjan. Il est produit par la maison DD United avec la contribution musicale du groupe standard de Ansoumane Camara ‘’Petit Condé’’.

Cet album aura un succès éclatant.  D’aucuns l’attribueront le titre Koundara, un des titres de l’album qui conférera à l’artiste plusieurs distinctions décernées lors de multitudes activités en faveur de la promotion culturelle en Guinée.

L’artiste ‘’El Bangou’ après un repli stratégique qui dura 4 ans et qui permit au premier album de faire chemin, reprendra service pour fignoler en 2000, un second album ‘’Wo Kobérato’’. C’est la consécration au bout de l’effort.

Les animateurs et techniciens radios rangent pour la circonstance les titres Koundara, Sabu fanyi, khakhili, barkè et autres dans les oubliettes.

Une préférence est donnée partout à ce nouvel opus qui ravage tout sur son passage. Des textes aux suites logiques, des pensées et messages clairs se bousculent derrière tous ces nouveaux titres que propose Yaya Bangoura. Sous la direction musicale du même Ansoumane Camara ‘’Petit Condé’’, sauf qu’il s’est affilié cette fois-ci à AMACIF, la maison de production de El hadj Alpha Mamadou Cissé et frères, ‘’El Bangou’’ surprend. Il surprend par la qualité du travail qu’affiche cet album de huit (8) titres.

Cet  album à l’écoute prouve encore l’incessante recherche dans le travail pour la conquête des plus hauts sommets de la musique guinéenne, que Yaya Bangoura a entrepris depuis son envolée dans la carrière solo.

Près de quatre (4) ans, Super yèrè wolon, Soli, Takala kissè, Dicko, Wo comporté ont été des titres dument raffolés tant bien en Guinée qu’à l’étranger.

Ce chanteur ne voulant pas s’inscrire dans le registre de la catégorie d’apparition ‘’feu de paille’’, s’est encore lancé dans la bataille des grands pour sortir deux autres albums : ‘’Allah Yakhori’’ en 2005 et ‘’Foniké furé mu fakhara’’ en 2011, album produit par feu Rica Yansané. En 2016, Yaya Bangoura réalisera 4 autres singles dont : Wofiri lundi, Khonyè munna, Kaniya lanyi et Antonio Souaré.

Au carnet de santé non vierge, puisque longtemps malade, Yaya Bangoura traine les pieds et se déplace difficilement. Par le soutien de feu Rica Yansané, El Bangou subira une intervention chirurgicale à Dakar.

Par ailleurs, c’est le 14 novembre 2017 qu’il partira de la capitale Conakry à destination des Etats Unis d’Amérique pour des soins. Yaya a bénéficié d’inestimables aides de plusieurs mécènes et personnalités guinéennes dans la préparation et l’accomplissement de ce voyage de rêve qui était tant attendu.

Notre ‘’Bon goût’’ de Kindia vivant aux Etats Unis, recouvre progressivement sa santé et est soumis présentement à une rééducation musculaire.

Loin d’atteindre le gratin de sa marmite à chansons, Yaya Bangoura ‘’El Bangou’’ promet un retour éclatant sur la scène musicale guinéenne, africaine et international.

Bonne santé et bon vent à l’artiste.