Guinée: Dalein promet d’empêcher le «coup de force à la Cour constitutionnelle»

septembre 22, 2018 6:14
0

A l’occasion de l’assemblée hebdomadaire de son parti ce samedi 22 septembre, le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) est revenu sur la crise qui prévaut actuellement à la Cour constitutionnelle. Cellou Dalein a appelé les militants et les sympathisants de son parti à se mobiliser pour «arrêter la dictature ».

«Nous devons accepter la responsabilité d’arrêter la dictature. Je sais qu’à cet égard, la Guinée peut compter sur vous. Vous voyez dans quel environnement nous vivons. C’est dans un environnement de désordres, annonciateur d’une fin de règne », lance le chef de file de l’opposition.

En guise d’illustrations du désordre en Guinée, l’opposant a cité la crise à la cour constitutionnelle. «  Regardez le désordre qu’il y a à la cour constitutionnelle, une institution qui a une responsabilité importante. Mais Alpha Condé a décidé de déstabiliser cette institution »., accuse-t-il.

« Mais, prévient Cellou Dalein, on a déjà décidé, on va se mobiliser pour empêcher le coup de force qui est en train d’être préparé contre la cour constitutionnelle, contre les institutions de la République ».

Pour lui, on en veut au président de la Cour constitutionnelle pour sa position d’empêcher un troisième mandat.  « Aujourd’hui avec la position connue et assumée de Kèlèfa Sall, [opposé] à un troisième mandat, et qu’il veut défendre la constitution, il faut tout faire pour le faire partir. Mais les initiateurs de ce projet nous trouveront sur leur chemin.  La Guinée ne l’acceptera pas. Ce  n’est pas une question de l’UFDG. C’est toute la Guinée qui est mobilisée pour arrêter  M. Alpha Condé qui est déterminé à perpétrer ce coup de force, on ne l’acceptera pas », martèle l’opposant.

Selon lui, « les Guinéens se mobiliseront pour maintenir M Kèlèfa Sall à la tête de cette haute institution de  la République. Ceux qui ont décidé de le destituer en violation flagrante des dispositions de la constitution et de la loi portant création de la Cour constitutionnelle, ce sont eux qui n’ont pas leur place à la cour constitutionnelle. On est déterminé à demander leur départ et la réhabilitation dans tous ces droits du président Kèlèka Sall ».

« Vous qui avez fait confiance à l’UFDG, vous ne serez pas déçus. Ensemble, nous allons mener ce combat pour arrêter cette dictature aveugle qui est en train de faire du n’importe quoi de nos ressources, de nos libertés et de nos droits. Nous allons nous retrouver au niveau de l’opposition républicaine avec toutes les forces vives déterminées à arrêter ce coup de force qui est fait contre le peuple à la cour constitutionnelle. Et nous allons très rapidement, très bientôt, lancer  un appel pour manifester, sortir  sur l’ensemble du territoire national contre la violation de la constitution et des lois de la République », conclut Cellou Dalein.