Guinée : FNDC dénonce la nouvelle Assemblée nationale et exige la libération d’Oumar Sylla

0
472
Dans un communiqué dont une copie est parvenue à Guinéenews, le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) a félicité les populations de Conakry pour avoir observé avec responsabilité et courage son mot d’ordre de ville morte ce mardi 21 avril 2020.
L’objectif était de protester contre l’installation d’un Parlement «illégal et illégitime» issu de ce qu’il appelle la «mascarade» du 22 mars, mais aussi contre l’arrestation et la détention illégales des responsables et partisans du FNDC.

Le FNDC dit avoir  constaté que cette cérémonie qui a consisté plutôt à l’installation d’un nouveau Bureau Politique du RPG-arc-en-ciel, en lieu et place d’une Assemblée Nationale légitime et représentative, a été boycottée aussi bien par les Ambassadeurs et représentants des organisations internationales accréditées en Guinée que par la presse nationale et internationale.

«Nous rappelons que pour le FNDC, il est hors de question de reconnaître ce groupe d’usurpateurs ainsi que la prétendue Constitution issus du coup d’État perpétré le 22 mars par Alpha Condé.

En conséquence, le FNDC poursuivra sa lutte jusqu’au rétablissement de l’ordre constitutionnel et à la restitution au peuple de son droit de choisir librement ses représentants.

Le FNDC exige la libération immédiate et sans conditions d’Oumar Sylla, alias Fonikè Menguè, ainsi que celle de toutes les personnes arbitrairement détenues et volontairement exposées au risque de contamination au Covid-19 par le régime de M. Alpha Condé.

Le FNDC invite le peuple à observer scrupuleusement les gestes barrières conseillés par l’OMS en vue de limiter les risques de propagation du COVID-19 dont M. Alpha Condé se sert pour tenter vainement de rendre son coup de force du 22 mars irréversible».

Lisez la copie