Guinée Games : la presse au cœur des tirages au sort de ce jeudi

0
443

Le trucage des jeux du hasard est plus facile à affirmer qu’à réaliser dans les faits. En tout cas, c’est avec cette impression que nous sommes sortis de la salle de tirage au sort de Guinée Games, dont l’accès est habituellement restreint, a été exceptionnellement ouvert à des journalistes ce jeudi 10 septembre 2020.

C’est un tirage du loto 190 que nous avons suivi à 15 heures TU au siège de Guinée Games, à Touguiwondi, dans la commune de Kaloum. Dans une salle fermée, à l’heure indiquée, l’équipe prend place. La présentatrice annonce la séance et automatiquement la machine se met en marche. Une à une, huit boulles sortent du lot et sont comptées au fur et à mesure qu’elles s’alignent. Pendant ce temps, les différents superviseurs prennent notes.

Au terme de ce tirage automatique, la machine s’arrête et l’huissier de justice introduit par la présentatrice de la séance de tirage confirme la validité de l’opération. Et interrogé par les journalistes, Me. Zézé Béavogui, déclare : « le tirage s’est passé dans les règles de l’art ». Rappelant de passage que c’est lui-même qui venait de placer les boules. Avant d’affirmer au micro des journalistes « qu’il n’y a aucun moyen de falsifier ce tirage. »

Dans la même logique, le représentant de la Lonagui (Loterie Nationale de Guinée), Alioune Cheick Sano atteste, à son tour, la validité de l’opération. L’œil de l’autorité en charge de la gestion du secteur faisant partie de ceux qui supervisent l’opération, rappelle qu’il a pris notes ainsi que l’huissier et d’autres encore comme la présentatrice et le IT (information Technology).  Des notes précieusement gardées pour servir de preuve en cas d’éventuelles contestations, indique-t-il.

Pour ce qui est des aspects techniques, c’est la directrice communication et Marketing de Guinée Games qui se prête aux questions des journalistes. Dans ses explications, Habibatou Bah Doumbouya indique : « (…) comme Me (l’huissier ndlr) l’a expliqué, c’est 90 boules qui sont mises en jeu. Et parmi ces 90 boules il y en a 8 qui sont tirées. Les 90 boules sont installées dans ces tuyaux que vous voyez par l’huissier de justice pour être sûr qu’elles sont bien 90 au lancement du tirage. Donc ni la présentatrice ni les monteurs ni monsieur de la Lonagui ni le IT ne touchent aux boules. Elles sont directement installées et vous avez remarqué que la présentatrice n’a pas accès à la machine, ne la touche à aucun moment. La machine est enclenchée à partir d’un ordinateur… »

 Par ailleurs, sur les risques de trucage des résultats, Mme. Doumbouya ne laisse la place à la polémique ; « à partir du moment où tu parie tu as ton ticket », dit-t-elle. Comme pour dire qu’au-delà de certaines allégations, en cas de nécessité de vérification, il y a des éléments comparaison.