Guinée : Installation des conseillers communaux : l’opposition républicaine s’impatiente…

août 30, 2018 10:58
0

L’accord controversé du 8 août 2018 entre la mouvance présidentielle, l’UFDG et l’UFR n’est toujours pas appliqué. Plus de trois semaines après sa signature,  le ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD) en charge de mettre en application cet accord tarde à installer les exécutifs communaux.

Du côté de l’opposition républicaine, on s’impatiente. C’est pourquoi, réunie en plénière hier jeudi, sous la présidence de son chef de file, Cellou Dalein Diallo, elle a demandé au ministre du MATD, le général Bouréma Condé de « fixer une date pour installer les exécutifs communaux ».

Le député Dembo Sylla de l’UDG, le porte-parole du jour, a déclaré à la presse que « les échanges ont porté sur l’actualité sociopolitique de notre pays. Vous savez bien que ces derniers temps, il y a eu beaucoup de proliférations des propos ethnocentristes et régionalistes qui ont retenu l’attention ces derniers jours ».

« Nous avons déploré avec la dernière énergie ce type de propos venant surtout d’un leader d’opinion (Imam ratib de Kindia, ndlr) qui fragilise la paix, l’unité nationale à travers le Pays », explique-t-il.

A cet effet, elle dénonce « le silence incompréhensible du chef de l’État face à cette dérive ethnocentriste, en refusant de jouer son rôle de garant de l’unité nationale et de la paix ».

L’opposition républicaine dit regretter aussi « que depuis la signature de l’accord ici même, en ce qui concerne le contentieux électoral, trois semaines se sont déjà écoulées et on n’a pas procédé à l’installation des conseillers communaux malgré l’engagement que le gouvernement avait pris à travers sa délégation. »

L’opposition républicaine dit constater un « harcèlement contre les responsables des partis d’opposition, contre nos militants, qui continue ici même à Conakry et à travers le pays ».

Elle accuse le gouvernement de n’avoir pas respecté l’esprit de l’accord qui consistait également à libérer les détenus de l’opposition.

« C’est pourquoi, l’opposition demande donc au ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation de fixer une date pour procéder à l’installation des exécutifs communaux à travers le pays. Elle invite ses militants à rester vigilants et sereins pour ne pas tomber dans le piège ethnocentriste tendu par le pouvoir en place »,  conclut Dembo Sylla.