Guinée: La Chambre des Mines tient sa session ordinaire du Conseil d’Administration à Conakry 

0
797

La session ordinaire du conseil d’Administration de la Chambre des Mines de Guinée (CMG) s’est tenue jeudi 12 mars au siège de l’institution à la cité ministérielle à Conakry, a-t-on constaté.

Au sortir de la salle de réunion, Eloi Kouadio IV, représentant résident adjoint chargé des opérations du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a rappelé que la participation de son institution à cette session ordinaire du Conseil d’Administration de la Chambre des Mines de Guinée s’inscrit dans le cadre d’un partenariat qu’ils ont tissé depuis 2013 pour réaliser certains objectifs en matière de développement communautaire.

Dans la même logique, M. Eloi Kouadio IV a fait savoir qu’ils ont présenté à l’ensemble des administrateurs de la CMG les avantages comparatifs du PNUD en termes de capacité à aider à résoudre les problématiques de développement liés au secteur minier notamment  la gestion de la question sociétale, environnementale ainsi que la prise en compte des intérêts des communautés  au niveau du développement du contenu local.

«Il a été question de faire en sorte que les populations aient le juste retour des investissements qui sont faits sur leurs terroirs. Aujourd’hui, nous avons présenté cette palette de capacités partenariales que le PNUD peut établir avec la CMG permettant au secteur minier d’avoir un impact sur les communautés avec beaucoup plus d’efficacité sur les changements qui sont attendus de la part des populations», a-t-il expliqué.

Interrogé sur l’objectif de la rencontre, Ismaël Diakité, le président de la Chambre des Mines de Guinée a fait comprendre qu’il s’agit de statuer sur tous les projets de partenariats qu’ils ont ou qu’ils doivent avoir à travers des coopérations bilatérales et multilatérales notamment avec le PNUD, la GIZ (…).

«Nous avons présenté aux administrateurs miniers, l’ensemble des projets d’accord que nous avons afin de nous entendre sur  ce qu’on doit approuver, dans quelle condition et dans le cadre de la solidarité pour avoir des positions bien claires par rapport à ces projets de coopération», a-t-il dit.

D’après M. Diakité, la session a porté essentiellement sur l’examen des engagements qui lient les deux partenaires  et de voir « dans quel secteur prioritaire nous allons développer des partenariats. A ce niveau, nous avons décidé de nous focaliser davantage sur les questions de gestion environnementale, la promotion des Petites et Moyennes Entreprises (PME) et les activités génératrices de revenus pour certaines composantes  de la communauté ainsi que la question relative à la gestion des relations avec les communautés  pour que nous ayons la paix dans les bassins miniers», a-t-il fait remarquer.

Il faut par ailleurs signaler que le Conseil s’est penché sur plusieurs autres questions dont, entre autres, le partenariat  entre la CMG et l’UNCDF marqué par le Projet de Renforcement des Capacités de la CMG comprenant l’élaboration d’une stratégie de communication, la création d’une Base des données et la mise en place d’un Fonds d’investissement, le contenu local, le Fonds de développement économique local (Fodel), la Bourse de sous-traitance et des partenariats, les relations avec la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss), la problématique de la régulation du transport fluviomaritime , etc.

La Chambre des Mines de Guinée (CMG) a été créée le 17 janvier 1997 sur la base de textes de forte inspiration anglo-saxonne, avec des structures inspirées de la Chambre des Mines du Ghana et de l’Association des Industriels Miniers et Métallurgiques du Canada.

À l’origine, c’est une organisation consulaire créée par les six principales sociétés minières en production en Guinée : la compagnie des Bauxites de Guinée (CBG), l’ACG redevenue Friguia, la Société minière de Dinguiraye, la société Ashanti de Guinée devenue Anglo gold Ashanti et la SEMAFO.

D’autres sociétés également à l’origine de la CMG, telles que Aredor ou encore IMEX Guinée, ne sont plus en activité. Aujourd’hui, le Chambre des Mines de Guinée regroupe :

  • Des membres titulaires : sociétés minières en phase de production et commercialisation ou phase de prospection avancée,
  •  Des membres associés : sociétés en phase de prospection et sous-traitants miniers et
  • Des membres affiliés : partenaires industriels commerciaux et prestataires de services privilégiés.

Elle a pour mission de promouvoir les intérêts de ses membres en :

  • Assurant leur représentation,
  • Favorisant leur concertation,
  • Entretenant la cohésion entre eux,
  • Leur communicant les informations stratégiques et
  • Accompagnant le Gouvernement et les acteurs dans la voie du développement.

Jusqu’en 2009, elle a fonctionné sous le régime des associations à but non lucratif, régies par la loi L/2005/013/AN du 4 juillet 2005 et rangée dans la catégorie des organisations non gouvernementales (ONG).

L’Assemblée Extraordinaire du 26 février 2009 a décidé de la mutation de la Chambre en union patronale, association à but non lucratif régie par les articles 237 et 247 de l’ordonnance 003/PRG/SGG/88 portant code du travail en République de Guinée et par les dispositions de la loi L/2005/013/AN du 4 juillet 2005 fixant le régime des associations en République de Guinée.