Guinée : la FIDH condamne fermement les violences post-électorales en cours 

0
381

Au lendemain des élections présidentielles du 18 octobre, la Guinée connait un déferlement de violences avec des pertes en vies humaines et des dégâts matériels importants notamment à Conakry et dans certaines villes de l’intérieur du pays.

Réagissant à ces tueries, la Fédération Internationale pour les Droits Humains (FIDH), dans une déclaration rendue publique ce vendredi 22 octobre, condamne avec fermeté ces violences tout en interpellant le gouvernement guinéen à garantir le respect de la liberté et des droits fondamentaux des citoyens pendant cette période post-électorale.

 « Nos organisations condamnent les violences survenues à la suite du scrutin présidentiel du 18 octobre. Elles interpellent l’Etat afin de garantir le respect de la liberté et des droits fondamentaux des citoyens pendant cette période post-électorale clé. Nous demandons également à la communauté internationale de veiller au respect des résultats des urnes afin d’éviter que le pays ne sombre dans une crise pouvant déboucher sur des violations graves des droits humains », déclare-t-elle.

En outre, la FIDH interpelle les autorités régionales et sous-régionales à soutenir les citoyens guinéens. « Nous appelons aux autorités régionales et sous régionales telles que l’Union Africaine et la CEDEAO à soutenir les citoyens guinéens. Elles doivent agir pour arrêter et prévenir la violence et les graves violations des droits humains. La soif de démocratie les Guinéens et Guinéennes doit être respectée », indique-t-elle.