Guinée : la journée mondiale de l’albinisme célébrée sur fond de plaidoyers

0
780

 Ce samedi 13 juin,  l’humanité a célébré la journée internationale des personnes atteintes d’albinisme.

Au titre de l’année 2020, le thème central retenu est : « Toujours la tête haute ». C’est une occasion pour les décideurs du monde entier de rendre non seulement un hommage mais aussi, prendre toutes les dispositions pour protéger cette couche vulnérable.

En Guinée, malgré la pandémie Covid-19, l’ONG l’Union pour le Bien Être des Albinos de Guinée (UBEAG) qui a fêté ladite journée à la Maison des jeunes de Lambayi dans la commune de Ratoma avec sous-thème : « Fait(e) briller ».

Dans son speech, le président de l’UBEAG Kabinet Camara a envoyé une pensée pieuse aux personnes atteintes d’albinisme, décédées par suite de cancer. Cependant, il a fait savoir que la situation des personnes atteintes d’albinisme est beaucoup plus préoccupante en Guinée. Pour lui,  il  ne s’agit pas simplement de se focaliser sur le contexte social. « Aujourd’hui, nous avons  la chance  d’être avec des gens et nous ne sommes pas tellement rejetés comme ce fut le cas dans un passé récent…», a-t-il témoigné.

Poursuivant, M. Camara a déploré qu’avec cette crise sanitaire de Covid-19, qu’il y a assez de personnes atteintes d’albinisme qui sont malades de cancer de peau par manque d’organisation par les autorités d’une campagne de dépistage de cancer chez les personnes atteintes d’albinisme.

Dans la même logique, il a invité les autorités à encourager les parents des albinos à envoyer leurs enfants à l’école.  Il a toutefois déploré le cas de certaines personnes qui utilisent les albinos comme leur fonds de commerce.

« Le constat à ce niveau est très alarmant parce que ce sont les parents  eux-mêmes qui refusent d’envoyer les enfants à l’école. Ils doivent savoir que la mendicité n’a d’avantage pour une personne  atteinte albinisme. D’ailleurs, cela lui pousse à dégrader sa peau le fait qu’il soit exposé aux rayons ultraviolets. Ils auront tout temps le problème de cancer (cutané)», a-t-il regretté.

M. Camara a invité l’Etat à les assister pour l’acquisition des produits qui coûtent excessivement chers.

« Un litre d’azote qui traite les tâches noirs sur nos peaux coûtent  un million franc guinéen.  Un litre d’azote est insuffisant pour le traitement de plusieurs personnes. Il faut au moins cinq litres pour 30 personnes pour leur permettre d’avoir une peau plus claire. Il faut vraiment que l’Etat nous aide à avoir des kits d’hygiène à savoir la crème contre le soleil pour la protection de la peau. Que les autorités nous aident à avoir l’azote en liquide pour que nous prenions soin de nos corps. Nous voulons que les autorités nous aident à ce que tous les enfants atteints d’albinos qui veulent étudier puissent aller à l’école. Ceux  qui ne veulent pas aussi étudier, les aider à pratiquer un métier », a-t-il lancé.