Guinée : la réalisation du nouveau dépôt pétrolier délocalisé, coûtera 130 millions £ (ministre)

0
964

Le ministère des Hydrocarbures entend délocaliser le dépôt pétrolier de la Société guinéenne des pétroles (SGP), situé en agglomération de la commune de Kaloum. Ce qui, estiment aujourd’hui les autorités, est sans risques opérationnels pour les populations riveraines. L’annonce a été faite par Diakaria Koulibaly, ministre des Hydrocarbures lors d’une conférence de presse qu’il a animée, ce vendredi 16 janvier, à Conakry.

Le ministre des Hydrocarbures a rappelé la nécessité de la délocalisation du dépôt pétrolier de Coronthie qui, en 2016/2019, a enregistré trois départs de feu par suite de court-circuit. Des incendies maîtrisés, dit-il, grâce au professionnalisme et à l’efficacité du système anti-incendie du dépôt.

Le département des Hydrocarbures en partenariat avec les opérateurs privés a bouclé les études de faisabilité sur le nouveau site prévu à Moribayah dans la commune rurale de Maferinyah, préfecture de Forécariah. Le coût de réalisation du projet incluant les installations de pompage des produits est estimé à 130 millions d’euros.

 Selon le ministre Koulibaly, 5 sociétés sur 13 initialement inscrites sur le vivier s’engagent financièrement à hauteur de 55%. Les huit autres ayant désisté en raison de surface financière inconfortable. L’Etat devant couvrir le reliquat, soit 45%, à travers la structure des prix de produits pétroliers sans impacter la programmation budgétaire, a-t-il souligné.

Pour Diakaria Koulibaly, cela permettra de rehausser la participation de l’Etat dans l’actionnariat du dépôt de 7% à 45% lui assurant ainsi une minorité de blocage et un poids dans la sphère décisionnelle du nouveau dépôt pétrolier.

 Le ministre des Hydrocarbures a annoncé également la finalisation de contrats pétroliers en cours. Il a fait cas des avancées dans les négociations en vue de la conclusion de contrats pétroliers avec les compagnies Australienne Woodside, françaises Total exploration et anglaise BP lesquelles compagnies sont d’une qualification internationale avérée, selon Diakaria Koulibaly.

Le département des Hydrocarbures espère finaliser ces négociations courant cette année 2020 en vue de la promotion de la recherche pétrolière dans le pays.