Guinée : La revue de presse du 28 octobre au 2 novembre 2019

0
167

Les journaux de la semaine  du 28 octobre au 2 novembre sont largement revenus sur la manifestation du Front National pour la Défense de la Constitution et l’accueil de la mouvance présidentielle réservé au Chef de l’Etat. Les confrères n’ont pas passé sous silence non plus la réaction du Président Alpha  Condé à l’opposition et aux membres du FNDC. L’attitude de la Commission  Electorale Nationale Indépendante qui a fait un bond en arrière après avoir rassuré les électeurs pour la tenue des législatives en décembre prochain.

Pour donc Le Lynx, l’étau se resserre autour du Président Alpha Condé suite à la gigantesque manifestation du front National pour la Défense de la Constitution. « Le FNDC a mobilisé une marée humaine à Conakry le 24 octobre. Sans hic majeurs, il a dit à Alpha Condé de renoncer au 3è mandat et clamé la libération d’Abdrahamanr Sanoh et compagnie arrêtés depuis le 14 octobre. » En réponse à cette sortie des partisans du FNDC, le Président de la République a profité de notre confrère le monde pour déclarer son refus de céder à « la pression de la rue ». Il soutient qu’il fera ce que les Guinéens veulent. « Je ferai ce que veut le peuple de Guinée », tranchera-t-il.

L’Observateur du lundi 28 octobre est revenu sur la réaction des Nations Unies qui demandent au Président Alpha Condé d’écouter (réellement Ndlr) le peuple et de libérer les leaders du FNDC. « Nous sommes également préoccupés par le grand nombre de détentions et appelons à la libération à la libération immédiate de toutes les personnes détenues pour avoir exercé leur droit à la liberté de réunion et d’expression pacifiques. »

Quant à Le populaire, il a réservé sa première page à la Commission Electorale Nationale Indépendante. « CENI Sale temps pour Salif Kébé…Taclé par l’OIF, il est aussi soupçonné par l’opposition d’être à la solde de Sekhoutouréya ». Pour le journal, c’est l’OIF qui est désormais à la commande en lieu et place de la CENI. « C’est l’Organisation Internationale de la Francophonie qui par la voie de son représentant en Guinée, Tiéman Coulibaly annonce officiellement le report sine die de la date des élections législatives, initialement prévue au 28 décembreprochain. Un désaveu cinglant pour le président de la CENI, Me Malick Kébé… »

Le Standard du 30 octobre s’est intéressé au leader de l’UFDG et de celui de l’UFR. Pour cet hebdomadaire, Cellou Dalein et Sidya Touré demandent le départ du président de la Commission Electorale Nationale Indépendante qu’ils jugent partisan. « Pendant que de bonnes volontés s’inquiètent et se démènent pour trouver une solution à une crise estimée gravissime en l’état actuel des choses, l’opposition politique, que les deux ex. Premiers ministres Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré semblent résumer à leur tandem, pardon, à eux deux, a choisi de formuler une nouvelle exigence, le départ de la tête de la CENI de son actuel président, Me Malick Salif Kébé… »

 Et le journal d’ajouter la réaction de l’ambassadeur américain qui invite au dialogue et à la courtoisie. « En ma qualité  d’Ambassadeur des Etats-Unis, je voudrais saisir cette opportunité pour exhorter tous les Guinéens à s’abstenir de la violence au moment où ,l’avenir politique de ce pays fait débat », a-t-il déclaré.

La Lance du mercredi 30 octobre s’est projetée sur la manifestation de la mouvance pour l’accueil à réserver Chef de l’Etat le lendemain jeudi 31 octobre. Et à l’hebdomadaire de titrer à la urne : « Après l’opposition, le pouvoir consulte la rue ». Pour le journal, cet accueil sent un air de réplique aux deux manifestations du Front National pour la Défense de la Constitution. « Après l’avoir longtemps diabolisé, le pouvoir fait à son tour, recours à la rue. Il lui soumet son référendum constitutionnel, avant les urnes. Une démonstration de force en réponse à la grande mobilisation d’il y a une semaine, le 24 octobre opérée par le FNDC. »

L’hebdomadaire du mercredi est revenu sur le classement de Doing Business  qui positionne à la Guinée à la 156 è place. Un bond en arrière quand on sait que l’année dernière la Guinée était classée 154 è. «  La Guinée occupe la 156 è place sur 190 pour un score de 49,4 sur 100. C’est un recul de 4 points. » Tout ceci est la conséquence des séries de manifestations que connait le pays depuis quelques temps conclu le journal.