Guinée: la société indienne Ashapura reprend la mine de Yomboyéli à 25 millions de dollars

0
1244

L’Etat guinéen à travers le ministère des Mines et la société Ashapura, de droit indien ont signé ce mercredi 5 juin d’une convention pour l’acquisition et le développement du projet de mine de fer Yomboyéli de l’ex-Forécariah Guinée Mining, a-t-on constaté sur place.

Le projet Forécariah Guinée Mining était, pour rappel, une société d’exploitation de minerai de fer qui comprenait une route minière, un port minéralier et de nombreuses infrastructures minières dans la région de Kindia. Elle a été déclarée insolvable le 28 octobre 2014.

C’est dans ce contexte que le syndic Ficadex a été nommé liquidateur de la société Forécariah Guinée Mining afin de procéder à liquidation des actifs de la société.

Au terme d’un appel d’offres compétitives, la société Ashapura été retenue comme entité pouvant reprendre le projet à travers une procédure de redressement judiciaire. Dans le cadre de cette procédure, Ashapura doit ainsi payer 25 millions de dollars USD.

« Notre société travaille en Guinée depuis 2016. Nous avons signé un contrat avec l’Etat par rapport au développement du site minier de bauxite à Télimélé du nom de Hoda. Ce projet a beaucoup avancé. Après ces signatures aujourd’hui avec le liquidateur, nous allons partir vers les communautés à Forécariah pour leur expliquer le planning en vue qui est la réhabilitation du port de Konta. Nous avons en projet d’ouvrir un nouveau corridor à part ceux de Boké et de Kindia. Forécariah aura un corridor qui s’ouvre non seulement au fer mais aussi, à la bauxite. Le port sera multi-usage », a déclaré à la presse le Directeur général société Ashapura, Sudheer Godabole.

Pour sa part, Ousmane Sylla, expert-comptable et par ailleurs, commissaire au compte de société Syndic de liquidation a expliqué : «nous avons évité une liquidation classique. C’est-à-dire vendre les biens individuellement. J’ai eu le soutien de l’Etat à travers le ministère des Mines et de la Géologie pour trouver un repreneur potentiel. C’est pour cette raison qu’il fallait intervenir auprès de la population sur procédure que notre cabinet avait prise. Les autochtones ont compris et ils nous ont soutenus pendant toute la période de négociations. »

Prenant la parole, le ministre des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba  a fait savoir qu’il s’agit de différents accords qui portent sur les ententes qu’il y a eues pour la relance de la mine de Forécariah.

« Nous avons accompagné le syndic de liquidation dans le processus de liquidation. Nous lui avons signifié la préoccupation du chef de l’Etat Alpha Condé par rapport à cette mine de Forécariah qui consistait à la relancer. Conformément aux objectifs du président de la République Alpha Condé, nous lui avons signifié également que l’Etat allait l’accompagner dans le processus en mettant dans le paquet la mine de fer de Forécariah. Et en contrepartie, comme cela se fait habituellement, nous avons exigé que les actifs portuaires soient rendus à l’Etat. Chose qui a été acceptée par le syndic de liquidation », a précisé le ministre des Mines avant d’ajouter : « ce projet est important. Car, il va non seulement créer des emplois mais aussi, l’activité portuaire pourra apporter des bénéfices au niveau local. Nous pourrons produire le fer dans le cadre de la politique de diversification de la production minière portée par le président Alpha Condé. Il consiste à ouvrir un nouveau corridor pour le développement minier », a-t-il insisté.

Il faut enfin souligner que la réhabilitation du port de Konta afin de permettre l’exploitation de minerais de fer, est prévue dans un délai de quatre mois. L’expansion de sa capacité sera de 3 à 10 millions de tonnes par an, environ 3 mille emplois directs et 15 mille emplois indirects seront créés. Le montant provisoire de l’investissement est de 250 millions de dollars dont 5 millions pour la première phase de réhabilitation du port et le reste étant consacré à l’exploitation, l’enrichissement et le transport du minerai de fer ainsi que les équipements nécessaires à ces opérations.