Guinée : Le choix de Kassory Fofana

juillet 27, 2018 11:59
0

Face à la grogne sociale qui le désigne du doigt, le PM guinéen Ibrahima Kassory Fofana, avait un autre problème de taille. Les hôtels construits à grands tapages et qui ont coûté beaucoup d’argent, font perdre beaucoup d’argent par les fréquentations très en deçà de la moyenne pour escompter un semblant d’amortissement.

A 20-23% de fréquentation, la faillite est certaine à l’horizon; des centaines et des centaines de jeunes seront mis dans la rue, et dans la situation actuel, où l’OIM (organisation internationale des migrations) est en Guinée, pas pour une visite de courtoisie, on peut le supposer, le gouvernement ne veut pas entendre ça, mais il n’a pas de faux-fuyant. Kassory est un homme qui ne connait pas de circonlocutions, il est sorti du bois et a fait tomber le masque.

Les textes de la constitution sur lesquels tous les hommes politiques à la recherche du pouvoir se basent, s’appuient et invoquent à cri et à cor, mais une fois de l’autre côté de la barrière, une fois au Pouvoir, ils l’ignorent superbement.

Le choix de Kassory, il l’a dit à la face du monde : entre la loi et l’ordre, il choisit l’ordre, autrement dit, il prend le rétablissement de l’ordre, même en marchant sur la loi. Mais cette loi, dont il parle, à laquelle il fait allusion, n’est autre que la constitution.

Que pense la Cour Constitutionnelle ? Qu’en pensent les constitutionnalistes ?

En attendant les réponses des spécialistes, on fait remarquer à Kassory Fofana, qu’il est au service de Alpha Condé, qui est, lui aussi, au service des Guinéens, Alpha a été élu sur la base de cette constitution un peu farfouillée pour faire sauter le verrou de la limitation de l’âge en sa faveur. Va-t-il laisser farfouiller encore un peu plus cette constitution pour restreindre toutes les libertés que lui ont permises cette constitution pour arriver là, où il est ?

Les grands orgueils, Sékou Touré et De Gaulle, où sont-ils, eux qui pensaient que la Guinée et la France iraient à vau-l’eau sans eux ? Une chanson populaire dit qu’on ne se confectionne pas un tortillon de paille pour porter le monde. Fidel Castro n’a pas voulu que la postérité sache où sont ses restes.

Les appréhensions sont différentes de l’au-delà et du grand peut-être.