Guinée : Le COCAN, panne d’allumage ?

avril 7, 2018 12:30
0

Le Comité d’organisation de la CAN 2023 est composé depuis quelque temps, mais il est SDF (sans domicile fixe). Malgré cela, il a pu envoyer des commissions d’inspection dans les différentes régions ciblées pour abriter une partie de la compétition, si elle a lieu effectivement à la date indiquée. Les critères imposées sont déjà très contraignantes pour le Cameroun, un peu moins pour la Côte d’Ivoire et acceptables pour la Guinée, qui a 5 ans devant elle pour dormir sur ses lauriers.

On a entendu un membre de ce comité d’inspection, plutôt de prospection, dire qu’à Labé, la distance entre le stade et l’aéroport peut se faire rapidement à pied.

La CAN n’a pas les mêmes nouvelles exigences que la coupe du monde, qui sont la mer à boire pour le Maroc. S’il pouvait se rendre à l’évidence que la triple concurrence des Amériques est dissuasive dans tous les domaines pour jeter l’éponge. Le seul critère de proximité de l’Europe et de l’Afrique suffira-t-il pour faire oublier l’attractivité qu’offrent les USA, les Mexicains et les Canadiens ?

Mais si les aéroports sont proches des lieux de compétition, qu’en est-il des autres infrastructures y connexes et afférentes à la compétition ?

Cette question parait anodine, mais quand on entend que le COCAN n’a pas encore son siège, ou que son siège n’est pas encore opérationnel pour accueillir la structure, on peut se demander s’il n’y a pas entourloupes au sein même de ce COCAN. On dit que le siège de ce COCAN, sis à la cité Chemin de fer, « immeuble Siguiri », doit être rénové, mais voilà qu’il semble bien avoir blocage.

Les longues langues racontent à qui veut les entendre que le » nèm-nèm » de la rénovation mettraient en mal ceux qui sont à la cime, au faîte, au sommet de l’organisation. On parle de gros sous. Et comme Kerfalla KPC est entrepreneur en BTP, Mathurin Bangoura a été ministre de l’Habitat, Antonio Souaré, le novice dans le métier, et cette sainte trinité veut s’intéresser sérieusement à cette rénovation, toute initiative venant de l’un est mal vue des deux autres, rien que le devis estimatif peut faire bloquer les travaux de première urgence.

En plus de cela, il s’avère que Antonio Souaré, Kerfalla KPC et Mathurin Bangoura ont chacun un club de football de la ligue professionnelle. Ça veut dire ce que ça veut dire, même si on ne parle pas de « délit d’initié », c’est tout comme, puisque des chuchotements ne finissent pas dans cette Ligue professionnelle dans le championnat de football guinéen.

Alpha Condé, qui chapeaute le COCAN, dort tranquillement dans sa corbeille… Mais pour les simples travaux de rénovation du siège du COCAN, il y a bousculades, qu’en sera-t-il quand on va entrer dans les grandes constructions ? On a vu qu’au Cameroun, l’entrepreneur du grand stade de la finale a été remplacé par un autre avec tout ce que cela pourrait comporter, il serait préférable de mettre les points sur les « I » pour que chacun sache quel est son domaine d’intervention pour ne pas empiéter sur celui de l’autre.

Ce début est de mauvais augure, à moins d’être alarmiste de première heure.