Guinée: le renforcement du système de santé et le Partenariat Public-privé en débats à Conakry

    0
    390

    Les travaux du Forum national sur les partenariats Public-privé pour le renforcement du système de santé en Guinée ont été lancés ce mercredi 19 juin dans un réceptif hôtelier de la place. C’était en présence de plusieurs membres du gouvernement, des diplomates et des opérateurs économiques.

    Organisé par le ministère de la Santé en collaboration avec les départements en charge des Investissements et des Partenariats Public-Privé ; de la Coopération et du ministère de l’Industrie, ce forum bénéficie de l’appui technique et financier de la GIZ et du Groupe SONOCO.

    Dans son discours de bienvenue, le Directeur général adjoint du groupe SONOCO, Abdoul Karim Diallo a rappelé qu’il y a deux ans que son groupe signait un contrat avec la GIZ pour la mise en œuvre d’un projet intitulé la santé et du bien-être des travailleurs, de leurs familles et des communautés environnantes du site.

    D’après lui, ce projet les a permis de mener des activités concrètes de sensibilisation et de la prévention des maladies transmissibles et non-transmissibles notamment le paludisme, l’hypertension artérielle et le diabète.

    « Une visite médicale a été organisée pour les familles des employés afin de faire un bilan sanitaire (…). Nous travaillons actuellement sur un programme de formation en préparation à la retraite qui touche le bien-être financier de nos travailleurs », a-t-il déclaré.

    Prenant la parole, l’Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne en Guinée, M.  Matthias Veltin a fait comprendre que le programme PPP est une longue tradition de la coopération allemande en Afrique et dans plusieurs secteurs.

    « L’engagement pour le développement du secteur privé fait partie de notre politique vers l’Afrique il y a deux ans dans le cadre du G20.  Ce programme envisage à améliorer les conditions économiques et d’investissements mais aussi, à encourager les entreprises africaines pour plus d’investissements en Afrique », a-t-il expliqué.

    Dans son allocution de circonstance, Secrétaire général du ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, Sékou Condé a affirmé que la santé est un élément important du développement économique et social de notre pays. C’est pourquoi, a-t-il a dit, sans une main d’œuvre en bonne santé, il n’y aura pas de développement durable en vue d’atteindre les objectifs de croissance souhaitée par tous.

    « Le gouvernement conscient de cette réalité, a demandé l’élaboration d’un plan de développement sanitaire qui s’articule autour d’un axe important qui sont la prévention et la prise en charge des pathologies prioritaires ainsi que des situations d’urgence (…) », a-t-il affirmé.

    Avant d’ajouter que dans le contexte actuel, le gouvernement ne peut résoudre la totalité des besoins. D’où la nécessité, soutient-il, de développer le partenariat public-privé.

    Pour sa part, le ministre des Investissements et de Partenariats Public-Privé, qui représentait le Premier ministre à cette cérémonie, a indiqué que ce présent forum national des Partenariats Publics-Privés place la santé au cœur de développement de notre pays.

    « Le gouvernement sous l’égide du chef de l’Etat, le président Alpha Condé a fait de la santé un domaine prioritaire du développement de notre pays. Dans le cadre de Plan National de Développement Economique et Social (PNDES), le gouvernement accorde une place importante au développement des PPP qui représente plus de 31% du PNDES. Le budget alloué à la santé est passé de 3% en 2010 à 8% en 2019. Malgré les efforts de financement du gouvernement et ses partenaires au développement dans le domaine de la santé, force est de reconnaitre que le domaine de la santé représente encore un ensemble de défis à relever », a-t-il martelé.

    Plus loin, le ministre Gabriel Curtis affirme qu’il est illusoire d’avoir un secteur performant sans une intégration du secteur privé et d’ajouter que l’expérience du groupe SONOCO en est une parfaite illustration. « La rentabilité d’une entreprise est conciliable avec le bien-être de ses employeurs. Le partenariat public-privé est nécessaire entre une entreprise nationale et une institution de coopération bilatérale », dira-t-il en substance.