Guinée – Législatives du 16 février : La jeune garde à l’assaut du parlement

0
689

Les législatives du 16 février, au-delà du fait qu’elles fassent l’objet de controverse, vu l’opacité qui entoure les préparatifs du scrutin, par les méfaits d’une Commission électorale nationale indépendante (CENI), accusée d’être phagocytée par l’exécutif, pourrait donner le ton au  renouvellement de la classe politique.

Il suffit de parcourir les listes de candidatures validées par la CENI, pour s’en convaincre. Ces listes sont en effet truffées de noms de jeunes loups aux dents longues. Tous quasiment à l’âge des ambitions, sont allés ventre à terre porter leurs candidatures à ce scrutin. Pour ne pas perdre cette unique chance qui s’offre à eux d’arborer la  cocarde tricolore, lors de la prochaine législature.

Dans le dessein sans doute de se rebecqueter, en occupant le vide laissé par la plupart des têtes d’affiche de notre sphère politique qui ont boycotté le vote, relevant le caractère inique du processus électoral.

Cette jeune garde en décidant de monter au feu, à l’issue de ces élections du 16 février, dans cette situation ubuesque,  se déconsidère en quelque sorte aux yeux d’une bonne frange de l’opinion. Même si en politique « la fin justifie les moyens », comme l’enseigne Machiavel.

Dans la radioscopie de ces listes électorales, le renouvellement de la classe politique n’est pas que l’apanage du parti au pouvoir. Les autres formations politiques présentes dans les starting-blocks aussi ont bien des jeunes présents sur leurs listes où ils  sont d’ailleurs la plupart  têtes de listes. C’est le cas du Mpdg de Siaka Barry.

Cet ancien ministre de la République, issu des rangs du RPG Arc-en-ciel, a dû prendre son destin en main, après  s’être aliéné le chef de l’État. Pour incompatibilité d’humeur.

Il va donc aller à l’assaut du parlement à la faveur des joutes électorales qui avancent à grands pas.

Tout comme Siaka Barry, Mohamed Cissé du PDC aussi est un inconnu au bataillon politique qui va commencer aussi son noviciat. Tout comme Oyé Béavogui, tête de liste  du Pdg-Rda, ou Idrissa Sampiring Diallo qui lui, est second sur la liste de l’Ufd.

Et c’est comme si ce sont plutôt les jeunes qui ont plus d’appétence pour ces élections, puisqu’ils sont les plus nombreux à être sur les rangs. Dans cette énumération non exhaustive, on retrouve Diabaty Doré du Rpr, Abdoulaye Kourouma du Rrd. Un autre Bouya Konaté, président de l’UDIR a présenté une liste composée essentiellement de jeunes.

Sans oublier les candidats de l’Adc-boc du Dr Ibrahima Sory Diallo, et de son désormais binôme Diallo Boubacar Sidighi, numéro 2 de la liste du parti.

Le parti au pouvoir n’est pas en reste dans cette quête de sang neuf. Ainsi, le Rpg Arc-en-ciel fait la part belle aux jeunes, aussi bien sur la liste uninominale, où des noms comme Tibou Kamara, Zenab Camara, Diakaria Koulibaly ou Domany Doré.

Des commis de l’Etat, censés profiter de leurs positions pour capter les voix des électeurs, dans leurs circonscriptions électorales respectives.

Il revient donc désormais à ces jeunes loups de montrer à l’opinion ce qu’ils ont dans le ventre. Bien qu’il s’agisse d’un scrutin sans enjeu. Les jeux étant faits à l’avance.

Et comme l’a dit Pierre Corneille : « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. »

Nos futurs députés « godillots » devront intégrer ça.