Guinée : les autorités se réjouissent des acquis de la réforme du secteur de sécurité

0
1382

Mis en place le 24 février 2015, le Programme d’Appui à la Réforme du Secteur de Sécurité (PARSS2-RSS) s’achemine vers sa fin. En trois ans d’exercice, les résultats auxquels il est parvenu ont été présentés ce jeudi 17 janvier 2019 à Conakry. C’était en présence des autorités en charge de la sécurité et des partenaires au développement, dont le chargé de programme de l’Union européenne, Raymond Lataste et la chargée de programme de BS Europe, Mme Justine verdier.

Ledit projet, financé à hauteur de 7,2 millions d’euros, appuie les efforts du gouvernement en matière de consolidation de l’Etat de droit, de gouvernance, de promotion des principes démocratiques et de protection des droits humains. Ce, pour contribuer à la pérennisation d’un climat social, économique et politique pacifié notamment à travers l’amélioration de la provision de sécurité à la population.

A travers une vidéo-projection, le chef de mission du PARSS, Jean D’Angleterre, a égrené une bonne brochette d’activités réalisées jusque-là par sa structure dans la conduite du programme. Notamment les actions de formation, les appuis logistiques, les renforcements des capacités institutionnelles et fonctionnelles des organes du Comité national de pilotage de la Réforme du Secteur de Sécurité (CNP-RSS) et du ministère de la Sécurité et de la Protection Civile. Et cela, de façon transversale.

Dans sa communication, le conseiller du ministre de la Défense nationale a tout d’abord rappelé le contexte ayant prévalu à l’initiation du projet à un moment où il y avait un divorce total entre l’armée et sa population.

Se réjouissant du travail aujourd’hui abattu par le Programme d’Appui à la Réforme du Secteur de Sécurité, Dr Djéliman Kouyaté a assuré que la Guinée dispose désormais d’une expertise nationale lui permettant de piloter n’importe quel projet, avant de rassurer de la mise en place d’un mécanisme de pérennisation de l’ensemble des acquis issus de ce programme.

Financé par l’Union européenne à hauteur de 7,2 millions d’euros, le PARSS a appuyé les efforts du gouvernement en matière de consolidation de l’Etat de droit, de gouvernance, de promotion des principes démocratiques et de protection des droits humains, avec pour objectif de contribuer à la pérennisation d’un climat social, économique et politique pacifié en améliorant la provision de sécurité à la population.

Le  programme a aussi permis de produire un document dressant la cartographie du dispositif sécuritaire de la Police et de la Gendarmerie sur l’ensemble du territoire national.