Guinée – Les boulangers en grève à Lélouma : La pénurie de pain inquiète les populations

avril 8, 2018 10:06
0

Depuis samedi 7 avril 2018, les boulangers de Lélouma ont décidé d’interrompre leurs activités de production du pain. Les fours sont restés fermés et le pain reste introuvable au niveau de la commune urbaine, a-t-on constaté sur place.

Suite à cette interruption, nombreuses sont les familles qui se sont vues privées de leur nourriture quotidienne ce dimanche surtout lorsqu’on sait que le pain est très consommé dans la localité. Pour en savoir plus par rapport à cette situation, la rédaction locale de Guinéenews©, a rencontré le président préfectoral des boulangers.

« Nous avons jugé nécessaire d’interrompre nos activés tout simplement parce que nous ne faisons qu’accumuler des pertes et des dettes. C’est une perte énorme pour nous.  Or, lorsqu’on fait un travail, c’est pour subvenir à ses besoins. Actuellement, on achète un sac de farine à 245 000 GNF et on investit environ 95 000 GNF supplémentaires, pour avoir le produit fini c’est-à-dire la baguette de pain. Le sac de farine donne 140 pains. Avec le prix qu’on vend à l’unité actuellement, nous avons une perte d’environ 18 000 GNF par sac de farine. Nous avons attiré l’attention des autorités à tous les niveaux mais rien n’est encore fait. C’est pourquoi, lors d’une réunion qu’on a tenue hier (samedi 7 avril, ndlr), nous avons décidé l’arrêt des activités en attendant de voir ce qu’il y a lieu de faire », explique Ibrahima Diallo, le président des boulangers de la préfecture.

Les revendeurs du pain au marché central de Lélouma ne savent pas à quel saint se vouer car, c’est leur principale activité qui est à l’arrêt.

« Si les boulangers ne travaillent pas, on ne peut pas travailler nous aussi car ce sont eux qui nous fournissent. Je prie le bon Dieu que ça ne dure pas sinon, je serais obligé de me tourner vers autre chose. J’ai une famille, des enfants et il faut manger », déplore un vendeur qui a requis l’anonymat.

Quant aux consommateurs, nombreux sont ceux qui pensent que c’est juste un prétexte pour augmenter le prix du pain surtout lorsqu’on sait que le mois saint de ramadan approche à grand pas.

Jusqu’au moment où nous publions cette dépêche, nous n’avons pu joindre aucune autorité locale en charge du commerce pour connaître sa version des faits.