Guinée : les forces de sécurité et défense outillées pour mieux surveiller les frontières et contrôler le territoire

0
464

La formation de 33 stagiaires dont une femme à la surveillance des frontières et contrôle du territoire de la gendarmerie, de la police et de la douane nationale a pris fin ce vendredi 17 mai. La cérémonie de remise des diplômes s’est déroulée à l’Ecole nationale de la gendarmerie à Sonfonia, a-t-on constaté sur place.

Ce stage s’inscrit dans le cadre du projet   Blue sahel en collaboration avec les experts de la Guardia civil Espagnol sous un financement de l’Union Européenne.

D’après le Directeur de l’Ecole nationale de la gendarmerie de Sonfonia le Colonel Saidou Boiro, ce présent séminaire, deuxième du genre, a eu comme thème central, la surveillance des frontières et la criminalité transfrontalière.

«Je reste convaincu que nos hommes qui ont bénéficié des acquis agiront efficacement face à cette préoccupation mondiale qui est ‘’l’immigration illégale’’ qui a fait l’objet du précédent séminaire», a rappelé le Colonel Boiro.

Dans la même logique, le Colonel Boiro a laissé entendre que les phénomènes sur l’immigration clandestine et celui sur la surveillance des frontière et le contrôle du territoire national constituent une réelle préoccupation pour toutes les nations. Car, a-t-il précisé, elle concerne la couche la plus importante de nos pays.

Selon la porte-parole des stagiaires Mariam Kébé, ils ont   au cours de cette formation, acquis beaucoup de connaissances qui vont les permettre une fois à leurs unités respectives de pouvoir restituer fidèlement aux autres collègues qui n’ont pas eu la chance de bénéficier à une telle formation afin  d’être au même niveau. «Nous vous réaffirmons notre engagement sans relâche de mériter la confiance que nos autorités ont bien voulu porter en nous»

Prenant la parole,  le porte-parole des formateurs, Antonio Murcera  a indiqué que  la surveillance et les contrôles frontaliers sont des questions complexes. « Ils constituent pour tous les acteurs impliqués un véritable défi. Surtout en sachant que la criminalité frontalière peut être  étroitement liée  avec les crimes organisés qui sont entre autres, le trafic  d’êtres humains, le trafics de drogue et le terrorisme.», a-t-il expliqué.

Pour sa part, l’Ambassadeur  du Royaume Uni d’Espagne en République de Guinée, José Leandro Consamau Gondiolo, cette formation est fondamentale. «  Il apporte une formation absolument nécessaire pour le contrôle des frontières pour la sécurité du territoire. En Guinée, il est fondamental d’avoir une sécurité  au niveau des frontières pour faire face aux menaces qui peuvent venir liées au terrorisme et aux crimes organisés», a-t-il dit.

Prenant la parole, Général Ibrahima Baldé, le  Haut commandant de la gendarmerie nationale et directeur de la justice  militaire a invité les bénéficiaires de cette formation  au respect de l’ethnique et de la déontologie ainsi qu’à l’application stricte des enseignements reçus dans le cadre  de la surveillance des frontières et le contrôle du territoire.

Poursuivant, le général Baldé a fait savoir que Blue Sahel figure parmi les plus importants projets au cours des dix dernières années en Afrique. Dans cette optique la relation entre les pays du Blue Sahel contribuera à appuyer les efforts de renforcement de la sécurité dans l’espace CEDEAO.

«Si ce présent stage avait pour objet, la gestion et le contrôle l’immigration illégale, de la criminalité transfrontalière, cette deuxième phase, vise essentiellement à outiller les forces de sécurité sur les méthodes et techniques de surveillance des frontières, le contrôle du territoire mais aussi, la lutte contre le terrorisme», a-t-il expliqué.