Guinée : les jeunes en quête d’une autre forme revendication pour consolider la paix

0
685

Comment aider les jeunes à cultiver la citoyenneté et à s’imprégner des contours de la gouvernance locale? Ces questions sont au cœur d’une réflexion qui regroupe une cinquantaine de jeunes depuis ce 22 mai à la commune de Matam, a-t-on constaté sur place. L’initiative est du Réseau Afrique Jeunesse de Guinée. Une plateforme de la société civile guinéenne qui multiplie les actions pour  amener les jeunes à éviter les casses pendant les manifestations politiques et cultiver le civisme et d’autres formes de manifestations.

«On ne peut jamais réclamer un droit que nous ne connaissons pas. Donc, la meilleure façon pour nous de préparer les jeunes élites, c’est de leurs apprendre à connaître leurs droits et devoirs. Cela leur permettra à coup sûr de connaître tout le processus dans le cadre du développement socioéconomique de nos localités. Il s’agit de faire comprendre aux jeunes qu’on peut réclamer un droit sans pour autant casser. Qu’il y’a une autre forme de revendication qui ne se limite pas à brûler ou de casser, mais plutôt de faire des manifestations pacifiques avec des pancartes, des banderoles et de faire des plaidoyers», a expliqué Sékou Doré, le Coordinateur de la plateforme.

«La paix n’a pas de prix », rappellent les autorités locales, des arguments forts pour encourager ces jeunes à jouer le rôle de médiateur. Ainsi pour pousser les jeunes à prendre conscience de l’importance de la paix, les initiateurs ont cité des exemples dramatiques qui se sont passés ailleurs comme le génocide Rwandais. Selon Boubacar Watiso Camara, le Représentant de la commune de Matam, la jeunesse guinéenne doit s’inspirer de ce qui s’est passé dans les pays de la sous-région pour mieux cultiver la paix en Guinée.

«Réfléchir sur comment consolider la paix, c’est l’objectif que chacun de nous doit se fixer tout le temps pour que les Guinéens vivent dans l’harmonie », a fait savoir M. Watiso Camaro. L’étape de Matam constitue la dernière d’une série de formations organisée à Conakry et à l’intérieur du pays. Cette  formation de 3 jours va permettre aux jeunes participants  de faire de la Guinée une amie intime du dialogue politique et de la paix.