Guinée : Les raisons de la contre-performance budgétaire, selon la ministre de l’économie

avril 17, 2018 11:29
0

Au terme d’une mission de deux semaines à Conakry, une délégation du Fonds monétaire international (FMI) a restitué les résultats de la première revue du programme triennal d’une enveloppe de 170 millions de dollars, signé en fin 2017,  au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC). Il ressort de ce résultat que la croissance devrait rester autour de 6 à 7% pour l’année 2018. Pour Georgia Albertin, chef de la délégation du FMI, « la Guinée est en train de bénéficier d’une période de croissance élevée. » Une croissance due en partie à la grande production dans le secteur minier.

Toutefois, concernant les résultats budgétaires, des faiblesses ont été notées. A la base, des recettes plus bas et des dépenses élevées. « Mais on a pu apprécier les efforts et les mesures mises en place par les autorités durant les deux premiers mois de l’année 2018 », a néanmoins indiqué Georgia Albertin.

Sur le plan budgétaire, la ministre de l’Economie a avoué que « la performance a été moins bonne ». Elle explique cette faiblesse par des dépenses supplémentaires. « Au niveau des dépenses, nous avons eu à faire face à des dépenses additionnelles dans le secteur de l’énergie, puisque la subvention (qui était de 400 millions) a été je dirais multiplier par trois par rapport à ce que nous avons initialement prévu.  Il y a eu également des dépenses supplémentaires qui sont liées à des engagements que la Guinée avait pris…», a justifié Maladho Kaba.

La ministre de l’économie est quand même contente par la mise en place des réformes structurelles, un niveau de réserve international plus important que prévu…