Guinée: les travaux du barrage Souapiti réalisés à 85% (DG du projet)

0
1518

A la faveur d’une visite guidée sur le site de Souapiti, il a été procédé à la fermeture d’une des deux vannes dudit barrage hydroélectrique, ce lundi 26 août. La fermeture de la seconde étant annoncée pour ce mardi.

Une première opération qui a tout de suite produit un effet sur le volume d’eau de Kaléta, et qui va occasionner des perturbations dans la desserte d’eau à partir de ce mardi 27 août.

«Le premier pertuis a été fermé et le débit à Kaléta a automatiquement diminué. De même, quand le deuxième pertuis sera fermé, l’effet va être beaucoup plus ressenti. C’est pourquoi EDG a pris toutes les dispositions qu’il faut pour minimiser le délestage qui va s’installer à partir de demain. Toutes les centrales thermiques vont redémarrer pour couvrir les pertes qu’on peut avoir suite à la fermeture de ces pertuis. En attendant d’avoir la côte souhaitée en amont du barrage Souapiti et dans les 48 heures, voire même une semaine, cette perturbation sera connue au niveau de la desserte sur la ligne interconnectée Conakry-Labé», a expliqué le ministre de l’Energie, Dr Cheick Taliby Sylla.

Pour sa part, le directeur général du projet Souapiti a rassuré quant au  niveau d’exécution des travaux qui se trouve à 85%. Sans se prononcer sur la date exacte de la fin des travaux, Amara Camara a promis de faire une surprise à la population.

Aux dires du ministre Sylla, le travail accompli ce jour doit permettre de mettre en place une nouvelle gestion pendant l’étiage. «Je ne dirai pas qu’on va garantir la quantité d’énergie qui est produite maintenant. Mais, nous sommes sûrs et certains qu’une amélioration sera là pendant l’étiage prochain», a-t-il promis.

«Pour les ingénieurs aménagistes des ouvrages d’aménagement hydroélectrique liés au barrage, la mise en eau est un atout majeur. Ce qui veut dire que le compte à rebours a commencé pour la fin de la construction de l’ouvrage. Les côtes qui sont atteintes déjà ont dépassé les côtes programmées. Ce qui permettra de voir le temps de la première mise en eau et de savoir comment l’ouvrage se comporte. Avec les appareils qui sont incorporés dans le corps du barrage, ça permet de connaitre exactement l’infiltration -si toutefois il y en a- et l’équilibre physique de l’ouvrage», a poursuivi le ministre Cheick Taliby Sylla.

A travers la réalisation de Souapiti avec 450 mégawatts et Kaléta pour 240 mégawatts, les autorités de la troisième République se rapprochent davantage de leur projection: celui d’atteindre 1200 mégawatts, notamment avec la réalisation d’Amaria et Fomi, entre autres.