Guinée: L’inquiétude des opérateurs économiques!

0
735

Les tensions sont déjà vives sur l’échiquier politique national depuis  lundi soir. Les opérateurs économiques présents en Guinée, comme beaucoup de Guinéens, ont donc des craintes. L’appréhension est présente. Tous veulent bien garder confiance mais à partir d’hier certains  s’inquiètent et  le pire.

Les commerces fermés, les transports paralysés, les activités en branle au Port Autonome de Conakry, le grand marché de Madina presque vide….. Toutes les activités sont paralysées depuis que le candidat de l’UFDG s’est autoproclamé. Les militants de ce parti, qui crient leur « victoire » et qui doutent d’une quelconque « manipulation des résultats », sont dans la rue. Les opérateurs économiques du pays ne cachent pas leur inquiétude face aux risques de débordements.

« Si les manifestations ne s’arrêtent pas, il peut y avoir des affrontements. Quand il y a la crise, des opérateurs vont perdre beaucoup, des entreprises risquent de disparaitre. La croissance est à un très bon niveau. Nous ne souhaitons pas que cette nouvelle donne soit remise en cause », avertit Elhadj Souleymane Cissé, président des transporteurs.

Quant à cet autre homme d’affaires, importateur de denrées alimentaires, il se dit inquiet par rapport à la situation qui prévaut dans le pays. « Si la crise persiste, nous risquons de connaitre la pénurie. Déjà la crise sanitaire nous a mis genoux. On ne s’est pas encore relevé des effets de la pandémie, voilà qu’on tombe dans une spirale de violence politique. C’est inquiétant, ce qui se passe. Mais nous espérons que tout rentrera dans l’ordre, et les activités reprendront », espère l’homme d’affaires qui nous a suppliés de ne pas le citer.

Dame Madeleine Gbalamou, grossiste au marché de Matoto, ne cache pas sa colère. Pour cette vendeuse de banane plantain, les troubles actuelles n’arrangent pas les choses. Les camions n’ont pas accès à Conakry. « Tous les camions sont stationnés aux Kms 36. Et quand on sait que les produits sont périssables ! Imaginez la perte !… », se plaint-elle.

Partenaires internationaux qui traînent le pas

Les opérateurs économiques guinéens veulent donc croire dans la responsabilité des acteurs politiques et dans les promesses réitérées des autorités, qui assurent que tout se passera bien. À ce jour, selon M. Sylla un membre de la Chambre de Commerce de Guinée, les affaires ne ralentissent pas. « C’est vrai qu’il y a des manifestations, ça parle, mais nous ne sentons pas sur le terrain cette inquiétude, explique-t-il. Par rapport aux opérateurs économiques, qui font leurs programmes normalement, en tout cas, les agendas sont pleins. Chacun est inquiet, mais en même temps, chacun se dit que ça va bien se passer ».

Contactés par Guineenews, plusieurs acteurs internationaux présents en Guinée refusent de s’exprimer sur une échéance politique nationale, mais reconnaissent, hors micro, envisager jusqu’à l’éventualité d’une évacuation d’urgence en cas de troubles post-électoraux. Hamed Jyhad, membre de l’Association des Hôteliers et restaurateurs, est aussi de la Chambre de commerce et d’industrie. Il explique la retenue de certains partenaires internationaux.

« Bien sûr il y en a qui disent : après les opérateurs on verra ! raconte-t-il. Moi, je suis allé aux États-Unis, à Dubaï et en Allemagne. Il y a des gens qu’on a contactés, qui sont intéressés par la Guinée, qui aujourd’hui trainent le pas, parce qu’ils attendent les élections. Ils ont peur que les élections se passent très mal et que pour ceux qui vont investir ici, ça ne se passera pas bien.».