Guinée : L’opposition manifestera jeudi prochain

juillet 13, 2018 3:55
0

Apparemment, la semaine qui s’annonce risque d’être mouvementée à Conakry. Après l’annonce de la marche des syndicalistes et des forces sociales en début de semaine pour protester contre la hausse du prix du carburant, c’est l’opposition républicaine qui entre dans la danse. Ce vendredi, au terme  d’une plénière tenue au siège de l’UFDG à la Minière, le chef de file a annoncé à la presse qu’elle organisera le jeudi 19 juillet prochain une marche pacifique ici à Conakry.

Mais, il faut le préciser, l’opposition entend elle, manifester à travers cette marche, contre la non application de l’accord politique du 12 octobre 2016 et celle des recommandations formulées dans le communiqué qui a sanctionné la rencontre du chef de file de l’opposition et du président de la République ; celle-ci a eu lieu le 2 avril dernier. Dans ledit communiqué, précise le chef de file de l’opposition, il était demandé à l’Assemblée Nationale d’adopter la loi sur la Ceni avant la fin de la session des lois, d’auditer et d’assainir le fichier électoral avant les prochaines élections législatives, de mettre en place des assistances financières pour les victimes des répressions sanglantes lors des manifestations politiques de l’opposition. « Sur toutes ces questions, indique Cellou Dalein, il n’y a pas eu de progrès parce qu’il n’y a aucune assistance qui a été mise sur place, aucune enquête sérieuse n’a été déclenchée, en plus l’opposition continue de faire l’objet de harcèlement judiciaire en citant comme exemple, l’incarcération des 65 militants de l’opposition de Kalinko, du militant de l’UFDG Ibrahima Sory Camara et une vingtaine d’autres arrêtés à Dubreka et à Conakry lors des manifestations post-électorales. »

Le chef de file de l’opposition estime qu’il y a un manque de volonté politique d’aller de l’avant même s’il s’est réjouit de l’adoption de la loi sur la Ceni et de l’acceptation d’une de leurs revendications qui constitue à confier l’audit et l’assainissement du fichier à trois institutions à savoir  l’Union Européenne, les Nations Unies et l’OIF « au lieu que ce ne soit une seule institution comme le souhaitait le président de la république ».

C’est pour donc toutes ces raisons, insiste-t-il, que l’opposition a décidé d’organiser une manifestation le jeudi 19 juillet prochain si d’ici là « il n’y a aucun progrès dans le règlement du contentieux électoral et dans la libération de nos prisonniers ainsi que dans la mise en place de l’assistance financière prévue pour les victimes des violences politiques ».

Les opposants seront sur les pas des forces sociales, c’est-à-dire qu’ils emprunteront eux aussi l’itinéraire Tannerie-Aéroport jusqu’à l’esplanade du stade du 28 septembre en passant par Kénien et l’héliport de Bellevue .