Guinée : l’opposition monte au créneau contre certains agissements de la CENI

juin 12, 2019 5:51

L’opposition guinéenne n’est pas d’accord avec la manière dont la CENI et son président ont procédé au lancement de l’appel d’offres pour le recrutement d’un cabinet d’ingénierie pour la fourniture d’une solution complète de gestion du fichier électoral biométrique de la République de Guinée. Elle l’a fait savoir ce mercredi 12 juin à travers une déclaration qu’elle a eu à faire à la Maison de la Presse.

Selon Mohamed Tall de l’UFR, qui portait aujourd’hui la voix de l’opposition, il y a eu assez de violations dans le cadre de cet appel d’offres.  «Le Président de la CENI a engagé des pourparlers avec un certain nombre de sociétés susceptibles de fournir l’expertise demandée en violation flagrante du Code des Marchés Publics. Il en est de même de la violation des engagements pris par la CENI concernant la concertation avec les parties prenantes au processus électoral. Nous avons noté que la procédure de recrutement a été lancée sans information au préalable des partis de l’opposition politique », a-t-il dénoncé.

Mohamed Tall a, en outre, rappelé que l’opposition en l’occurrence L’UFR et L’UFDG, après avoir constaté ces violations, a interpellé l’institution électorale. Mais malgré, dira-t-il, cette procédure initiée de manière informelle et opaque a abouti le lundi 10 juin 2019 à l’ouverture des plis des 5 sociétés qui ont finalement soumissionné sur les sept (7) initialement listées par le Président de la CENI.

« En ce qui concerne l’acquisition des Kits d’enrôlement, en violation du Code des Marchés publics, la CENI a pris contact avec une Société Sud-coréenne pressentie pour fournir ledit matériel. Cette négociation a été pilotée par le président de la CENI lors de son récent séjour à Paris », a indiqué le chef de cabinet de L’UFR.

Avant de conclure, les partis de l’opposition ont condamné ceux qu’ils ont appelé « les comportements de la CENI et de son président, Me. Amadou Salif Kébé. »

«Les Partis de l’Opposition Politique prennent l’opinion nationale et internationale à témoin et rendent  personnellement le  président de la CENI responsable des risques qu’il fait courir sur la crédibilité du processus électoral, gage de la stabilité et de la paix sociale dans notre pays», a fait savoir Mohamed Tall.

Faut-il rappeler qu’à ce point de presse, il y avait entre autres, l’UFDG, l’UFR, le PEDN, l’UDG, de FIDEL, du PGSD et Le Renouveau.