Guinée : menace de grève générale et illimitée  à EDG (syndicat)

0
737

Au sortir d’une assemblée générale extraordinaire tenue sans l’après-midi de ce mercredi 8 janvier 2020, les responsables du Collège syndical de l’EDG ont annoncé un mouvement de grève dont le plan sera défini dans les heures qui suivent.

Ces syndicalistes s’insurgent contre le refus des autorités de faire l’état des lieux après le départ de Veolia, un état des lieux portant notamment sur un trou financier de plus de 7 millions de dollars destinés à la formation des agents, mais aussi le recrutement annoncé d’une cinquantaine de directeurs au grand dam du contribuable guinéen, disent-ils entre autres.

Selon le Secrétaire général de l’Energie et assimilés, Mohamed Lamine Camara, Veolia est rentré pendant qu’il n’y avait même pas un câble au magasin, à plus forte raison un transformateur et que la trésorerie était au rouge. Tout en se demandant l’usage qui a été fait de l’argent alors alloué à la formation, comment les meubles ont été réhabilités et comment les engins ont été maintenus, le syndicaliste fait noter le recrutement d’un nouvel opérateur, avec un appel d’offres qu’il juge léger.

« Il n’y a aucun passage qui dit que celui qui doit être retenu, doit avoir une certaine expérience dans la gestion du secteur de l’électricité. Ce n’est dit nulle part que celui qui doit être recruté doit avoir une référence lui ayant permis à un moment donné de sauver une entreprise en souffrance à travers l’Afrique ou ailleurs », a-t-il dénoncé.

A sa suite, le Secrétaire général du Collège syndical de l’EDG, Ahmed Cissoko, a indiqué qu’après l’échec des différentes négociations que le Collège syndical a entamées avec le ministère en charge de l’Energie, « nous sommes en droit de vous annoncer que nous partons en grève. La grève va être prononcée et la lettre officielle va être déposée durant les 24H qui suivent. Sur ce, nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout ».

« Nous sommes contraints d’aller en grève parce que nous avons des éléments en face de nous qui ne veulent pas du bonheur de ce pays. Pourquoi on ne doit pas nous former? Pourquoi on ne doit pas nous confier des responsabilités? Pour une entreprise sérieuse, comment peut-on voir une agence où on n’a qu’un seul technicien? Il n’y a que des stagiaires. Même les comptables dans nos différentes agences sont des stagiaires. Pour une entreprise comme l’EDG, je pense que la priorité n’est pas de recruter une cinquantaine de directeurs pour venir gonfler la masse salariale de l’EDG. C’est une honte pour les décideurs. Ils doivent dire la vérité au président qui a d’ailleurs annoncé l’audit dans le secteur énergétique guinéen », s’est lâché Ahmed Cissoko.

Assimilant ces « agissements » à une façon de semer la pagaille au sein de l’EDG, les syndicalistes déclarent lancer le mot d’ordre de grève. « Une grève perlée et évolutive qui s’étendra sur l’ensemble du territoire national », disent-ils.