Guinée : plus de 10 tonnes de drogues incinérées à Kouriah (Coyah)

juillet 25, 2019 3:15

En présence du ministre en charge de la Justice Mohamed Lamine Fofana, le Comité national de  lutte contre la drogue a procédé mercredi à l’incinération de 10, 315 tonnes de drogues saisies par les services répressifs en 2018 et 2019. Il s’agit de plus de huit tonnes de cannabis ; 14, 600 kilogrammes de cocaïne ; 339,659 kilogrammes de khat ; 735 comprimés de Valium ; 1000 comprimés de Tramadol et 1,575 tonne de comprimés contrefaits.

En présentant ces drogues, le directeur de l’Office central anti-drogue Farimba Camara a surtout souligné les nouvelles techniques de dissimulation de la drogue. Il a indiqué que les trafiquants font désormais passer les drogues dans des boutons de vêtement, mais aussi dans des ceintures. Il a également souligné la qualité des machines de plastification des documents de la drogue. « Je remercie de tout mon cœur tous ceux qui ont accepté de participer à la formation des agents, ainsi qu’à leur encadrement pour avoir une profession bien appréciable », a apprécié  Farimba Camara.

Comme il est de coutume avant toute incinération, les drogues ont été testées dans un mini laboratoire  en présence des officiels. Après quoi, il y a eu la mise en feu.

Pour le ministre de la Justice, Mohamed Lamine Fofana, la cérémonie d’incinération de ce mercredi témoigne de la volonté du gouvernement de prendre part au combat international contre la drogue. « La quantité saisie témoigne des efforts de nos services de sécurité (police, douane et gendarmerie) dans cette lutte… Les trafiquants sont d’une intelligence supérieure. Les services de sécurité doivent donc être formés en conséquence », a dit le ministre de la Justice.

Représentante de l’Union Européenne à cette cérémonie, madame Elisabeth Peri a dit être contente de prendre part à cette grande incinération de drogue saisie en Guinée. « Il y a trois ans, j’ai participé à une première incinération de la drogue, et je vois qu’il y a un système dans lequel tous les services de la justice travaillent ensemble pour que les drogues néfastes ne soient pas parmi vos citoyens », a dit la diplomate européenne.