Guinée : pourquoi le décret sur l’importation des véhicules d’occasion peine toujours à s’appliquer ?

2274

Le décret du président de la République Alpha Condé en date du 1er décembre 2020 peine à être effectif sur le terrain. Il s’agit du décret relatif à la règlementation de l’âge limite des véhicules d’occasion à l’importation en République de Guinée. Une mauvaise appréciation de cette décision présidentielle par les importateurs de véhicules d’occasion en serait la principale cause.

Selon un importateur qui a requis l’anonymat, cette mesure ne concerne pas seulement les importateurs mais plutôt toute la population.

« Un véhicule de moins de 8 ans, à partir de l’année 2021, cela veut dire que le véhicule doit être au moins de l’année 2013 et au-delà. Etant un importateur, pour vendre un véhicule de 2005 ou de 2006, c’est la croix et la bannière. L’acquéreur vous parlera de toutes les modalités de payement. Ce n’est pas du tout facile », se plaint-il.

Et de poursuivre : « en dépit de tout cela, les véhicules sont confrontés à beaucoup de problèmes notamment celui à l’état des routes. « L’interdiction de l’importation des véhicules de moins de 8 ans n’est avantageuse pour personne. Un véhicule de moins 8 ans, quel que soit le type de véhicule, tu ne l’aura pas moins de 10 000 dollars », a martelé notre interlocuteur avant de rappeler qu’avec un tel décret aucun importateur ne s’en sortira

 « Il y en a qui ne peuvent importer que des véhicules de 2002, 2003, 2004 ou 2005. Tenez-vous bien, quand vous prenez les véhicules de transport comme les Renault 21, 19, y compris les minibus, ces véhicules ne sont mêmes pas des années 2000, ils sont entre 1990 et 1999 », a-t-il précisé.

D’après un transitaire rencontré dans les environs de la direction générale des douanes, ‘’les autorités ont donné deux mois comme délai moratoire pour mettre en application la mesure’’. Cela court jusqu’en fin mars et c’est très compliqué pour ceux qui n’ont pas encore eu de voiture, » prévient celui-ci

Puis à Ibrahima Camara, un autre transitaire de renchérir : « il ne reste que l’application du décret. Ils ont même envoyé des courriers à l’étranger. Il n’est pas facile qu’un guinéen achète un véhicule de moins de 10 ans, cela est considéré comme une voiture sortie d’usine. Les petites voitures de moins de 5 ans peuvent aller jusqu’à 60 à 80 millions de francs guinéens sans compter le frais de dédouanement qui pourrait avoisiner 30 millions de francs guinéens. »

Pour de nombreux guinéens, cette décision est en déphasage total avec les réalités du pays et du pouvoir d’achat du Guinéen moyen surtout pour la majorité des agents de la fonction publique.

La mise en application effective de ce décret, viendra sonner définitivement le glas des rêves que caresse tout cadre moyen ou citoyen aux revenus moyens de se procurer d’une petite voiture, se lamente Aly Sylla, un agent de l’administration publique depuis 2000.  « Si déjà avec des voitures de plus 10 ou 15 ans, nous ne parvenons pas à nous offrir une voiture, je me dis avec un véhicule de plus de 50 millions de francs guinéens, plus personne ne pourra désormais être propriétaire de véhicule en Guinée. Dans d’autres pays, les véhicules sont pris à crédit, ce qui n’est pas le cas le chez nous », a dénoncé ce fonctionnaire.

Joint au téléphone, le Directeur général de la douane dit ne pas être au courant de cette décision. « Aujourd’hui, vous allez au port de Conakry, vous trouverez des véhicules de plus de 20 ans », nous a affirmé sèchement le général Toumany Sangaré.

Quand au ministre des Transports, il est resté injoignable en dépit de nos nombreuses tentatives pour avoir ses réactions sur ledit décret. C’est le même constat avec le directeur national adjoint des transports terrestres, Ibrahima Soumah.  Toutefois, ce dernier a laissé entendre qu’ils sont en pourparlers avec toutes les parties prenantes pour rendre effectif le décret sur le terrain.

Pour rappel, Alpha Condé a décidé d’interdire l’importation des véhicules cyclomoteurs et motocycles dont le Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) est inférieur ou égal à 3,5 tonnes, âgés de plus de 8 ans. Il a interdit l’importation des véhicules de transport dont le nombre de places est supérieur ou égal à 7 âgés de plus de 10 ans.  Pour les véhicules de transport, ils doivent être âgés de 12 ans et dont le PTAC est supérieur à 3,5 tonnes.

S’agissant de tracteurs agricoles et engins de travaux publics (TP), l’âge limite est fixé à 12 ans. Par ailleurs, il est à préciser que l’âge limite des véhicules à l’importation est défini à compter de leur date de première mise en circulation à l’étranger.

Pour certains observateurs, il n’y a l’ombre d’aucun doute que la mise en œuvre de ce décret se heurterait à la volonté du puissant lobby d’importateurs de véhicules d’occasion dont la plupart sont soit des membres du parti au pouvoir, soit sympathisants du président Alpha Condé. Ce groupement d’intérêt serait en train de peser de tout son poids pour ne pas que ce décret entre en application. En revanche, d’autres plus pragmatiques, font valoir la faiblesse du pouvoir d’achat des Guinéens pour justifier cette difficulté à laquelle serait confronté ledit décret dans son application.

Facebook Comments