Guinée: pourquoi le RPG, parti au pouvoir veut une nouvelle constitution pour le pays ?

mai 25, 2019 2:59

Après sa déclaration officielle de soutien au projet d’une nouvelle Constitution, le RPG Arc-en-ciel continue de mettre à nu les insuffisances de la Constitution actuelle. C’est le Secrétaire général de la jeunesse du parti M’Bany Sangaré qui s’est prêté à cet exercice ce samedi 25 mai à l’occasion de l’assemblée générale à Gbessia. Lisez l’extrait de son invention relatif à cette question qui domine actuellement les débats politiques en Guinée :

« Notre Assemblée nationale comporte 114 députés. Dans la répartition de ces 114 députés, la constitution actuelle ne tient pas compte du partage équitable du quota en fonction des tailles des circonscriptions que notre pays connait. Si nous prenons l’exemple sur la préfecture de Siguiri et la commune de Kaloum. Cette dernière n’a que 40 ou 50 mille électeurs alors que la première a, à peu près 400 ou 500 mille électeurs. Kaloum a deux députés et Siguiri aussi a deux députés. Voilà des incohérences relevées par le RPG Arc-en-ciel pour dire oui à une nouvelle Constitution en Guinée. Encore, il a été pertinemment recommandé dans les accords de Ouagadougou que le nouveau président de la République, une fois élu, a latitude de soumettre au peuple de Guinée une nouvelle loi fondamentale. C’est pourquoi, samedi dernier, nous avons solennellement lu notre déclaration pour soutenir l’organisation d’un référendum pour doter notre pays d’une nouvelle Constitution. Nous avons pris cette décision parce qu’il est du devoir du président de la République, élu par le peuple souverain de Guinée de soumettre à sa population des projets de loi… Toutes les préfectures comme celles de Fria, Coyah, Lola, les maires de la Forêt, ceux de la Haute-guinée, des citoyens ont manifesté partout pour dire oui à une nouvelle constitution… En 2010 et pendant la période de transition, tout le monde sait les conditions dans lesquelles cette loi qui prévaut aujourd’hui a été élaborée. Non seulement dans la précipitation mais aussi, elle renferme beaucoup de lacunes et de d’imperfections qu’il faut corriger pour l’adopter à la réalité du moment…»