Guinée : quand la psychose d’une guerre civile s’installe.

0
161

Plusieurs domiciles de Conakry se sont réveillés ce matin avec une nouvelle insolite : un sage aurait rêvé que la Guinée s’est embrasée par une guerre civile ; et pour conjurer le sort, il fallait manger un pain blanc et sortir des maisons pour humer la brise matinale…

Cette info matinale, qui s’est propagée comme traînée de poudre à Conakry, aurait été classée dans la liste des canulars si elle ne vient pas corroborer une hantise réelle et des faits inquiétants. Pour que le démon soit exorcisé, le bilan macabre des répressions des opposants au changement de constitution, à défaut d’être nul, doit être communautairement diversifié. De même, les arrestations au sein de la Grand Muette ne doivent pas donner l’impression qu’elles visent une communauté particulière.

L’opposant historique devenu président de la république qu’est Alpha Condé est à la croisée des chemins. Il a le choix entre faire comme l’opposant historique Nelson Mandela, en passant le relais à un autre membre de son parti, donnant ainsi des chances au RPG de pérenniser, après lui. Et surtout éviter une certaine intrusion militaire en cas de vacance du pouvoir.

Ou le choix d’imiter l’opposant historique Laurent Gbabo qui a poussé son pays à la guerre civile à force de s’entêter pour s’accrocher au pouvoir, pernicieusement influencé par les faucons de son régime.