Guinée : un journaliste condamné pour «diffamation» du ministre de la Justice

0
1836

Le tribunal correctionnel de Kaloum a condamné ce lundi 28 janvier le journaliste Mamadou Saliou Diallo, directeur de publication du site Nouvellesdeguinee.com, au paiement d’une amende d’un million cinq cent mille francs guinéens.

A la barre, le journaliste qui était poursuivi pour «diffamation et injures publiques»  a reconnu son «erreur» et a présenté ses excuses au ministre de la Justice Me Cheick Sako.

Dans sa plaidoirie, Me Moussa Diallo, a aussi reconnu « l’erreur » de son client et présenté ses « sincères excuses » au ministre de la Justice. Cependant, l’avocat a contredit le ministère public et son homologue de la partie civile qui ont estimé que dans l’article « diffamant » le ministre de la Justice avait été intentionnellement publié par son client. «Je ne crois pas que la commission de l’infraction soit intentionnelle. L’objectif premier d’un journaliste c’est d’informer. Si en informant, il tombe par maladresse sous le coup de loi, cela ne justifie pas qu’il a commis l’infraction de façon intentionnelle », a dit l’avocat. « Nul n’est censé ignorer la loi », lui a répliqué Me Mohamed Sampil, l’avocat du ministre de la Justice.

L’avocat du journaliste a également demandé au tribunal de ne pas tenir compte des « mérites » de Cheick Sako dans sa prise de décision et de ramener l’amende de 2 millions de francs guinéens demandée par le procureur à sa justice valeur.

En effet, le procureur Aboubacar  Sim Sylla et l’avocat de la partie civile ont, dans leur intervention, accusé le journaliste de s’être attaqué à « un homme de principe, d’une grande probité morale et qui défend ses magistrats».

Si Me Sampil a demandé la suspension du site du journaliste et le paiement d’un franc symbolique à titre de dommage et intérêts, le Procureur a voulu que le prévenu soit condamné au paiement d’une amende de 2 millions de francs guinéens. « Rien que le titre de l’article me fait mal. C’est une provocation », s’est agacé le procureur qui a aussi demandé la publication de la décision de condamnation sur tous les sites d’information.

En plus de la condamnation au paiement d’une amende d’un million cinq cents millions de francs guinéens, la juge Mariama Doumbouya a également condamné le journaliste à la publication de la décision dans les organes de presse, y compris Nouvellesdeguinee.com.