Guinée : 2018, une année de mutations pour le sport guinéen

janvier 3, 2019 12:43

Le sport guinéen dans sa diversité aura connu de grandes mutations en cette année 2018 qui s’achève. En dépit des performances réalisées par les sélections nationales  pour les CAN (Coupe d’Afrique des Nationas) sénior et cadette 2019, le football  guinéen a traversé une crise momentanée avec  la démission du président, Kerfala Camara ‘’KPC’’ de la ligue Professionnelle de Football  avec à la clé le non-payement des acteurs sportifs qui a un peu fait retarder  le démarrage du championnat national.

2018 été ponctuée d’autres grands évènements comme les organisations des compétitions internationales à Conakry. Année de mutation avec les changements opérés dans certains domaines notamment la nomination d’un nouvel entraîneur à la tête du Syli A, le renouvèlement de certaines instances sportives dont le comité Olympique et la fédération guinéenne de volleyball.

La nomination du Belge Paul Put  sur le banc de la sélection Sénior de football  en remplacement  du Guinéen Kanfory Lappé Bangoura, limogé en plein championnat d’Afrique des Nations au Maroc à la suite à la débâcle du Syli Espoir. La qualification du Syli national A  à la phase finale de la 32ème édition de la coupe d’Afrique des nations (CAN) dont le pays hôte  ne sera connu que ce 6 janvier après le retrait de l’organisation au Cameroun par la CAF. La qualification des cadets au championnat d’Afrique des U17 en Tanzanie après l’élimination  des espoirs à Conakry. En campagne Africaine, le Horoya Athlétic Club de Conakry s’est qualifié aux phases de poules  pour la seconde fois d’affilée, 40 ans après le célébrissime Hafia Football Club, disputant les quarts de final de la 22ème édition de la ligue des champions de la CAF. Au-delà des résultats et performances, le football guinéen a traversé  une crise momentanée avec la démission inattendue  du président de la ligue guinéenne de football professionnel, Kerfala ‘’KPC’’ Camara au moment où la structure a contracté des impayés face aux principaux acteurs concernés  (Clubs, Arbitres etc…). Il sera remplacé par son vice-président, le général Mathurin Bangoura  qui  relance le championnat national de ligue 1 et 2 dans les stades du pays  après plusieurs reports. Les matches de la ligue 1 et 2 ont finalement repris sur les stades du pays grâce aux efforts  du président Antonio Souaré et le  concours des sponsors. Certaines instances ont tenues leurs assemblée au cours de cette année qui s’achève. C’est le cas du comité national Olympique et sportif guinéen dont l’équipe sortante n’a été que remaniée un tout petit peu avec l’arrivée de nouvelles têtes, mais toujours dirigé  par le doyen Maître Naby Camara.

La Fédération Guinéenne de football  (FEGUIFOOT) a tenu sa 15ème assemblée extraordinaire à Kindia au cours  de laquelle les membres statutaires ont renouvélé leur confiance à l’équipe du richissime homme d’affaires, Mamadou Antonio Souaré et l’élection  d’Amadou Tham Camara à la présidence  de la commission d’Ethique.

 Dans les autres disciplines sportives, certains progrès ont été enregistrés en dépit des problèmes financiers auxquels est confronté le sport guinéen dans sa diversité avec une absence notoire de l’Etat.  Le manque de subvention en faveur des associations sportives freine l’élan de leur développement  dans un monde sportif en perpétuelle mutation.

En termes d’acquis, on note le grand changement opéré au volleyball qui a enfin renouvelé son bureau exécutif  après  plusieurs  tentatives vouées à l’échec. Ce qui  permet aujourd’hui  au  volleyball guinéen de renaître de ses centres après une longue traversée de désert de 7 ans. L’organisation de la 40èmeédition  de son championnat national et coupe à Mamou, la participation au beach volleyball au Cabo Verde, en  sont une parfaite illustration. En plus, la Guinée était au Congo-Brazza avec les Handballeuses  à la 23ème  édition de la coupe d’Afrique des Nations.

En termes d’organisation, la Guinée s’est illustrée en cette année 2018

C’est le cas du tournoi de Boxe Zone 2  qui a connu la participation des pays de ladite Zone. Là aussi, les Boxeurs guinéens se sont brillamment distingués. Le tir à l’Arc dans sa  10ème édition du tournoi International des Zones Ouest et Centrafrique (TIZOCATA), a été organisé à Conakry. Une compétition qui a regroupé plus de  six pays du continent et au cours de laquelle  les archers guinéens se sont bien illustrés  en raflant des médailles. La Guinée a abrité le tour International du cyclisme conjointement organisé par l’instance dirigeante de ladite discipline et son département de tutelle. Cet évènement a enregistré la présence de plusieurs pays africains à Conakry.

Par contre, le football féminin  est loin de connaître les mêmes essors que les autres catégories sportives en dépit de l’appui de la FIFA. L’organisation d’un championnat intégral pour  sa vulgarisation peine à se réaliser. La problématique des infrastructures  sportives  restent toujours d’actualité au pays du ballon d’or, Chérif Souleymane. Aucun acte n’a été  posé dans ce sens  par le département de tutelle sinon que  d’organiser  des évènements sportifs au grand dam des fédérations sportives qui sont sans la moindre subvention pour au moins organiser leurs championnats et coupes. Pendant ce temps, le ministère en charge des Sports  trouve des milliards  pour organiser  la coupe du Président de la République. Les préparatifs des équipes qualifiées aux différentes messes  pour le nouvel an, l’apport de l’Etat pour les fédérations sportives, le problème d’infrastructures et autres détails qui concourent aux progrès  du sport guinéen sont, entre autres, grands défis qui attendent le patron du ministère  en charge des Sports  en 2019.