Guinée : une mission du COCAN 2025 attendue à la CAF

0
886

Le Comité d’Organisation de la Coupe d’Afrique des Nations ( COCAN)   en Guinée et les départements impliqués ont tenu une réunion ce mercredi 11 mars au siège  dudit comité.

Ouvrant la séance, le ministre Bantama Sow a mis l’accent sur le devoir de chaque ministère impliqués dans l’organisation de la CAN 2025. La démarche, selon Bantama Sow, permettra au comité de pilotage du COCAN de rencontrer tous les départements concernés. « L’organisation de la CAN est un méga projet qui ne peut être réalisé par un seul département. Il y a plusieurs ministères qui sont concernés. Nous avons les ministères de la Santé, des Travaux Publics, de l’Hôtellerie, de la Sécurité. Donc, il fallait mettre les problèmes sur table et voir les responsabilités et chaque département peut apporter sa contribution dans la réalisation de ce méga projet. C’est un projet de développement qui touche beaucoup de préfectures.  On ne peut pas parler de développement sans infrastructures.  On ne peut pas demander à nos équipes nationales de faire des performances si on n’a pas ces lieux où elles peuvent se retrouver pour se préparer. C’est pourquoi Au-delà de ces stades pour le football, nous allons faire en sorte qu’il y ait des palais de sport. C’est cela notre rêve », a expliqué le ministre des Sports.

L’ancien Secrétaire général de la FEGUIFOOT, Ibrahima Blasco Barry a, par ailleurs, apporté des précisons.  ‘’Nous devons nous rendre au Caire, au siège de la CAF en vue de la signature de l’accord cadre (AA0 ) qui fixe les obligations de chaque partie dans l’organisation de la CAN.  C’est le résumé du cahier qui doit nous être remis à cette occasion.  Cet accord va être un lien juridique entre la Guinée et la CAF qui nous attribue de façon définitive l’attribution de la CAN 2025’’, a précisé M. Barry.

Pour la députée à l’Assemblée Nationale, Dr Zalikatou Diallo, membre du COCAN 2025, il faut une interaction à tous les niveaux pour pouvoir atteindre les résultats escomptés. « Nous avons fait une recommandation pour le financement pour intéresser le secteur privé parce que nous avons voté à l’Assemblée Nationale et nous savons que 38 pour cent sont réservés des projets au secteur privé.  C’est pourquoi nous encourageons vraiment toute initiative allant dans ce sens. Et aussi en tant que députée à l’Assemblée Nationale, nous allons tout mettre en œuvre pour que les lois des finances initiale et rectificative durant toutes ces années prennent en compte ce méga projet surtout du débat d’orientation budgétaire qui précède les lois des finances », a-t-elle déclaré.