Guinée : vers la certification des instituts et des diplômes de journalisme

0
242
Boubacar Yacine Diallo, président de la HAC

Depuis quelques temps, nous assistons à une floraison des instituts d’enseignement supérieur déversant des milliers de diplômés sur le marché d’emploi tous les ans. Le journalisme figure en bonne place sur la longue  liste des branches qui sont enseignées dans ces centres. Et par endroits, dans des conditions pas assez bien.

Une malheureuse situation sur laquelle le président de la Haute Autorité de la Communication a été interpellé dans l’émission « Sans concession » de Guineenews ce mardi 13 avril 2021. En réponse, Boubacar Yacine Diallo a dit que la problématique est actuellement en étude au niveau de l’institution qu’il dirige.

« La loi sur la Haute autorité de la Communication mentionne clairement que la certification des instituts de formation de journalisme et des diplômes relève de la compétence de la HAC avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Et la loi prévoit une commission composée des membres de la Haute Autorité de la Communication et des représentants du ministère de l’Enseignement supérieur, à l’effet de certifier les instituts et les diplômes« , a-t-il placé d’emblée.

A en croire notre invité, à l’heure qu’il fait, la HAC a déjà procédé à la désignation des membres devant la représenter au sein de cette commission.  « Nous attendions que le ministre de l’Enseignement supérieur soit désigné. C’est fait. Et je me réjouis que ce soit quelqu’un qui connait très bien le milieu, qui est patron de presse et qui a été plusieurs fois ministre de la Communication. Je parle notamment de M. Aboubacar Sylla. Je m’apprête à lui envoyer une lettre pour lui demander, conformément à la loi, de désigner les représentants de son ministère pour que cette commission prenne en charge et la certification des instituts et la certification des diplômes« , a annoncé Boubacar Yacine Diallo.

« Dans ces conditions, dira-t-il, on verra bien comment est-ce que fonctionnent ces instituts-là, parce que j’apprends qu’il y a des universités qui ont fait des instituts, mais qui n’ont même pas de professeurs« , déplore-t-il.

Evaluant la portée de la démarche, le président de la HAC s’est montré confiant qu’avec la certification des instituts et des diplômes, le pays aura l’assurance d’avoir des professeurs émérites pour enseigner les jeunes dans les facultés et les instituts de journalisme.