Guinée : voici la condition que le Barreau pose aux docteurs en Droit pour être avocat

0
1726

Secrétaire général du barreau de Guinée, Me Kémoko Malick Diakité a été le porte-parole des avocats guinéens à la traditionnelle présentation de vœux de nouvel an au ministre de la Justice ce vendredi 18 janvier 2019. Entre autres, le porte-parole des hommes en robe noire a exposé un besoin de formation. Signalant que les 35 avocats stagiaires qui ont intégré la profession l’année dernière, ne sont pas passés par la formation préparatoire au CAPA (Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat). Néanmoins, selon Me Diakité,  ils sont passés par des cabinets d’avocat où ils plus de deux ans de stage pratique. « Vingt-cinq avocats stagiaires de la promotion 2016 termineront leurs stages cette année. Bien qu’ayant suivi quelques ateliers et séminaires, ils ont besoin d’une formation axée surtout sur la déontologie », a indiqué le secrétaire général du Barreau de  Guinée.

Le besoin de formation ne se pose pas que chez les nouveaux avocats, à en croire Me Malick Diakité. Il a aussi évoqué le cas des docteurs en droit. Exempts des concours d’accès à la profession, ils prennent la robe dès qu’ils veulent. «Mais, compte tenu du fait qu’ils ont longtemps été étrangers à la profession, ils se perdent dans la procédure », a indiqué le porte-parole des avocats. Avant de déclarer: « nous exigeons désormais que ceux-là passent par une formation dans un cabinet d’avocat avant d’exercer ».

Si Me Kémoko Malick Diakité s’est beaucoup appesanti sur le besoin en formation, c’est parce que l’ordre des avocats «reçoit beaucoup de plaintes ces dernières.» Selon lui, le conseil de discipline des avocats a reçu 25 plaintes contre des avocats en 2018. «Le Conseil de discipline a sévi, allant de l’avertissement jusqu’à la suspension pour trois ans. Nous avons une dernière sanction plus grave, mais qui n’est pas encore publiée », a dit l’avocat.