Guinée: Y a-t-il une nécessité absolue de changer le gouvernement ?

mars 28, 2018 10:43
0

Depuis quelques temps, on entend parler que d’un remaniement du gouvernement, pour plusieurs raisons, on n’en voit aucune, surtout pour la dignité de la fonction présidentielle.

 Les marins d’eau douce ont déjà acquis pas mal d’expériences depuis qu’ils sont dans le bain de la gouvernance, ils sont plus à même de conduire tant bien que mal mais plus vite et plus rapidement les affaires courantes que les nouveaux et bleus qui seront appelés à prendre leur place et qui vont avoir à clamer qu’ils n’ont pas eu assez de temps pour faire ce qui leur était confié, en cas de bilan.  Avec un peu plus de rigueur et de responsabilité dans la gestion, c’est ce que les Guinéens attendent de mieux, pas plus, à moins que Alpha Condé ne veuille faire porter le chapeau de l’échec de ce gouvernement au nouveau que vont lui suggérer les organisations socioprofessionnelles de tous poils, dont aucune n’est au fait des faits d’une gouvernance dans l’urgence.

 Si un audit était ouvert au niveau de chaque département et que le manque à gagner était effectivement reversé au trésor public, ce serait une grande réparation de cette gouvernance qui a fait parler d’elle en mal.

 Il est visible que ceux qui attendent au portillon de ce gouvernement, véritable vache à lait, lorgnent avec envie sur la course contre-la-montre à l’enrichissement illicite, et «les veaux» de Alpha seront bien maigres au rendez-vous de la pesée et du bilan. Mais encore, changer les ministres et conserver les techniciens des départements, que sont les Secrétaires généraux, les directeurs de cabinet, les chefs de section et autres, qui sont les véritables pièces maitresses de l’administration et qui vont se pourlécher les babines d’être au service des novices sera une autre aubaine et ne servira absolument à rien.

Maintenant que l’émoi est créé dans l’équipe de Mamadi Youla pour une décharge électrique de réveil, il ne reste qu’à réorganiser la justice, l’administration du territoire et la CENI pour que les prochaines échéances électorales et les décisions judiciaires soient sans appel pour dormir sur les deux oreilles. Les Guinéens attendent énormément de Alpha Condé, mais si l’eau, l’électricité, les routes et ponts, en plus des infrastructures déjà réalisées lors des fêtes tournantes de l’indépendance étaient effectives, si la cherté de vie était amoindrie et que les Guinéens ne se regardaient plus en chiens de faïences, que l’on nous en excuse du peu, il aura droit de citer, car ce qui est cité ici n’a jamais été réussi en Guinée. Sékou Touré et Lansana Conté, paix à leur âme, n’ont jamais eu autant de promesses de financement.

Le temps n’est pas galant mais l’argent est à disposition. Faut-il s’encombrer d’un nouveau gouvernement, qui va tâtonner dans l’urgence avec tous ces travaux d’Hercule ? On peut se permettre des errements, au début, pas à la fin, puisqu’en toute chose, c’est elle qu’il faut considérer, et gardons-nous aussi et surtout d’oublier que la CAN 2023 est un challenge majeur…