Habitat : « Tous les paiements se feront en francs guinéens », jure Alpha Condé

0
1695

Le président de la République a officié mercredi 23 janvier 2019 le lancement à la direction nationale des impôts du numéro d’identification fiscale permanent. L’objectif vise à moderniser l’administration fiscale à travers le recouvrement des impôts et taxes en vue  de la sécurisation des recettes.

Dans son discours de circonstance, Alpha Condé a annoncé une pile de réformes devant désormais entrer en vigueur en vue de la réglementation du secteur du loyer où l’on fait payer les locataires en devises au détriment de la monnaie locale.

« Aujourd’hui, c’est un ensemble de réformes. C’est bien d’élargir la chaîne de l’impôt, mais aussi que tout soit payé. Je vais commencer par l’impôt foncier qui est l’impôt qui rentre le moins. Au début, lorsque j’ai voulu interdire qu’on paie le loyer en devises, mon petit frère Kassory m’a dit : Non, président, il n’y a pas assez de maisons en Guinée, pas assez de bureaux. Laisse les gens d’abord construire. Si tu ne les laisses pas construire, on n’aura pas de bureaux », a-t-il rappelé.

Aujourd’hui, le chef de l’Etat se réjouit du fait qu’il y ait des immeubles partout. « Maintenant, on va appliquer la loi : tous les paiements se font en francs guinéens. On n’acceptera plus des paiements de loyer en dollars. C’est fini ça », a promis Alpha Condé.

« Deuxièmement, poursuit-il, nous avons de grands immeubles, des appartements loués à 2000, 3000, 4000 dollars. Mais où vont les impôts ? Alors, j’ai dit à certains d’entre eux, vous êtes mes amis, je vous préviens, désormais, tout le monde paiera les impôts. Nous sommes en train maintenant de nous organiser pour cerner effectivement les impôts dans leur réalité ».

Conscient des avancées significatives aujourd’hui enregistrées dans le domaine technologique, le président de la République a indiqué que les nouvelles technologies permettent, si on veut vraiment changer, de tout saisir.

« Donc, je préviens tous les propriétaires des appartements, immeubles, etc. que désormais chacun paiera l’impôt réel. Nous avons vu par exemple que ceux qui ont payé 200 millions l’année dernière devraient en réalité payer 4 milliards. Voyez la différence ! Donc, désormais, nous sommes en mesure de savoir exactement ce que vous devez payer. C’est l’impôt forcé », a-t-il précisé.