Hadj 2018 : le premier convoi de pèlerins arrivé à Conakry cet après-midi

septembre 4, 2018 8:23
0

Attendu depuis lundi, c’est finalement ce mardi aux environs de 11 heures que le premier convoi des pèlerins guinéens a atterri à l’aéroport  de Conakry Gbessia. Un retard qui serait dû à une panne technique de l’avion, rapporte le Secrétariat général des Affaires Religieuses. (Crédit-photo: Kababachir)

A leur descente d’avion, les pèlerins n’ont pas manqué de déplorer les difficultés qu’ils ont rencontrées lors de du Hajj. Toutefois, ils remercient le tout puissant de les avoir permis d’accomplir le cinquième pilier de l’islam.

 «Le Hadj s’est passé dans de très bonnes conditions. On est rentré en bonne santé et on remercie nos enfants qui nous on envoyés à la Mecque. Nous sommes allés accomplir le cinquième pilier de l’Islam, nous l’avons fait avec beaucoup de plaisir et de joie et nous avons profité de l’occasion pour prier pour le pays, la paix, la prospérité et la grandeur de la Guinée et l’unité nationale. C’est un retard technique. On nous a fait savoir que l’avion qui avait un petit problème mais Dieu merci, on est arrivée en bonne santé. C’est l’essentiel», a confié Elhadj Ousmane Diallo, pèlerin venant de Boké.

Pour sa part, Elhadj Malick Sankon, le directeur général de la caisse national de sécurité a exprimé le bonheur qu’il ressent après avoir accompli cet autre devoir religieux.

«Je suis très satisfait. J’ai accompli mes obligations religieuses avec rigueur et j’ai transpiré comme tout le monde. Effectivement, on devait arriver le lundi à 18 heures, mais on a retardé un peu. Ce n’est pas grave, il faut l’accepter. On va à la Mecque pour renforcer la foi et comme le recommande l’islam, un bon musulman, c’est celui qui sait être patient et endurant. Quand vous avez la foi, il faut renforcer la résilience. Les difficultés font parties du pèlerinage donc il faut accepter toutes les difficultés. Pas de calvaire, je suis allé pour me repentir. Donc, je ne considère pas cela comme un calvaire. J’ai prié d’abord pour ma famille ensuite pour la Guinée», a confié le DG de la caisse nationale de sécurité social.

Contrairement aux deux premiers intervenants, Elhadj Camara Lansana fustige l’amateurisme qui a caractérisé l’organisation du pèlerinage en Guinée et souhaite une restructuration au sein du Secrétariat générale des affaires religieuses.

Pour l’heure, toutes nos tentatives d’avoir un responsable au niveau du Secrétariat général des Affaires Religieuses afin de connaître le calendrier de retour des pèlerins et les véritables raisons du retard enregistré dans ce cadre, sont restées vaines.