Hafia/Labé : une quarantaine d’habitations ravagées par un feu d’origine inconnue

septembre 10, 2019 8:48

Un feu d’origine inconnue fait des ravages dans les sous-préfectures de Hafia et de Dara-Labé, situées respectivement dans la ville de Labé. Et ce, en dépit que l’on soit en saison pluvieuse.  Le feu se déclare subitement et cela a duré depuis près d’un mois dans des districts des sous-préfectures ci-citées.  A ce jour, le dernier rapport fait état de 39 habitations réduites en cendres par les flammes dans environ cinq villages, a appris Guineenews de sources officielles.

Interpellé juste après le dépôt de son premier rapport, El Hadj Mamadou Dambata Diallo, le maire de la commune rurale de Hafia tente de camper la situation : « on a vu les dégâts de nos propres yeux. Les cases prennent subitement feu. Si je prends Fello-Kabi (district), c’est d’abord deux maisons en tôles qui ont été calcinées il y a près d’un mois de cela. Ensuite à Léemo (village), c’est quatre cases et tous leurs contenus qui ont été réduits en cendre. A Bourouwal (village) c’est en tout, neuf cases qui ont été calcinées sans compter Gonkou centre (district) où quatre maisons ont pris feu. En plus, entre dimanche et lundi, il y a eu au moins 3 autres cases réduites en cendre », déclare-t-il.

Cette situation, entraine panique et désolation dans ces villages, selon le maire : « ce lundi, quand ils nous ont appelés, ils étaient en train de lutter contre les flammes. Mais dès qu’ils éteignent ça reprend de nouveau. Donc, c’est un grand problème qui se pose à Gonkou centre car on n’arrive toujours pas à maitriser la situation. Laissez-moi vous dire qu’au niveau des habitations épargnées pour l’instant, les gens sont en train de sortir tout leur bagage pour tenter de sauver leurs biens. Les gens ne dorment plus par peur des flammes. Les victimes souffrent aussi car elles n’ont pas où aller et dorment à la belle étoile », précise El Hadj Mamadou Dambata Diallo.

Faut-il noter qu’aujourd’hui, les centaines de victimes dorment à la belle étoile.