Handball : la Fédération annonce une année 2019 très chargée

janvier 20, 2019 4:45

En marge d’un congrès à Conakry, le Comité exécutif de la Fédération Guinéenne de Handball a rencontré vendredi les présidents des différentes ligues régionales et quelques représentants de clubs, pour faire le bilan à mi-parcours de son mandat. « C’est un bilan qui aurait pu être fait un peu plus tôt. Mais mieux vaut tard que jamais », a dit Mamadouba Paye Camara, qui a expliqué ce retard par des raisons de calendrier, notamment liées à la participation des équipes guinéennes aux compétitions internationales.

Le bilan a duré, mais il est satisfaisant pour les congressistes qui ont fait le déplacement sur Conakry. Dans ce bilan lu par Daye Kébé, le premier vice-président chargé des compétitions,  on note surtout la construction  en 2015 « sur fonds propres » d’un gymnase de 700 places. Mais aussi, sur le plan sportif, la participation des équipes guinéennes aux compétitions internationales.

Entre autres, la participation des équipes cadettes et juniors de la Guinée au trophy Challenge 2018 en Mauritanie, la participation des dames séniors aux CAN 2016 et 2018, la participation à la CAN junior 2018 au Maroc et à celle des cadets au Rwanda. Il y a eu également le tournoi des Zones 2 et 3 remporté en août 2018 à Yamoussoukro. Aussi, il y a eu en 2016, le Challenge Trophy organisé à Conakry… « Aujourd’hui, la Guinée se classe parmi les six premières nations d’Afrique », résume Daye Kébé.

Le Comité exécutif de la Fédération affiche l’ambition de hisser plus haut le handball guinéen. Et pour lui, le succès passe par le handball à la base. Chaque club du pays a donc été doté de deux jeux de maillot. Tandis que chacun des six présidents de ligue (Boké, Kindia, Mamou, Labé, Kankan et Conakry) a reçu un ordinateur portable et cinq millions de francs guinéens.

Ils pourront ainsi répertorier tous les joueurs dans leurs zones et remonter les informations à la Fédération, mais aussi organiser des tournois préparatoires aux compétitions nationales et internationales. En ce qui concerne la construction des infrastructures, il revient aux présidents de ligue « de demander des domaines auprès de vos autorités locales. Dès que quelqu’un de vous nous dira qu’il a gagné une place pour un terrain de handball, on lui enverra 10 tonnes de ciment », a promis Mamadouba Paye Camara aux présidents de ligue.

Les compétitions, il y en aura beaucoup cette année, annonce-t-on. Avec ses performances sur la scène continentale, la Guinée a été désignée pour organiser du 14 au 24 mars prochain, le tournoi éliminatoire des jeux africains.

A l’extérieur, les équipes guinéennes prendront part au Challenge (équipes junior et cadette) de la zone 2 en Mauritanie, au 35ème championnat d’Afrique des clubs vainqueurs de coupe (la Guinée sera représentée par le Horoya) au Maroc, au 12ème jeux africains au Maroc, les Championnats d’Afrique junior et cadet ( série filles) au Niger. L’autre compétition internationale à laquelle la Guinée est attendue est le 41ème championnat d’Afrique des clubs champions (junior-filles), au Cap-vert.

Sur le plan national, le championnat des Ligues 1 et 2, la Coupe nationale, le championnat régional des zones, le championnat national scolaire, le festival mini-hand… sont très attendus. « Il y aura la vulgarisation du handball à Faranah et à N’Zérékoré pour que la discipline couvre tout le pays », a annoncé Daye Kébé.

« Nous avons une année 2019 très chargée. On ne pourra relever tous les défis qu’avec l’apport de tous y compris la presse », a ajouté le président de la Fédération, Mamadouba Paye Camara.