Hausse du carburant en Guinée : qu’en est-il dans certains pays de la sous-région

juillet 4, 2018 1:05
0

Depuis le 1er juillet, les consommateurs  guinéens achètent le litre du carburant à la pompe à 10 mille au lieu de 8 mille francs  guinéens, soit une augmentation de 25% à la pompe. Le gouvernement avance l’argument de la flambée du prix du baril de pétrole sur le marché mondial.

Pendant que cette mesure suscite des réactions dans le pays, Guinéenews© s’est intéressée au prix de la vente du carburant dans certains limitrophes et de la sous-région.

-Au Sénégal, le prix du litre est vendu à 685 FCFA, soit 10823 GNF ;

-En Guinée Bissau, le prix du litre est vendu à 530 FCFA, soit 8374 GNF ;

-Au Libéria, le gallon (3,7 litres) est vendu à 525 Dollars libériens, soit 8648 GNF ;

-En Sierra Leone, le prix du litre est vendu à 6000 Leones, soit 6600 GNF

-Au Mali,  le prix du litre est vendu à 637 FCFA, soit 10064 GNF ;

-En Côte d’Ivoire, le prix du litre est vendu à 610 FCFA, soit 9638 GNF ;

-Au Ghana un peu plus loin, le prix du litre est vendu à 4,79 Cedis, soit 400 FCFA ce qui équivaut à 6320 GNF.

En Guinée, lorsque le prix du baril oscillait au dessus de 110 dollars entre 2013 et 2014, le prix du litre était vendu à 10 000GNF. Au début 2015 suite aux remous sociaux, le prix du litre est passé 10000 à 9000 GNF. Au terme des négociations ente le gouvernement et les syndicats qui exigeaient une réduction de 20% sur tous les prix des produits pétroliers, le prix du litre est revenu en mars 2015 à 8000 GNF alors que le prix du baril avait dégringolé en dessous de 50 dollars sur le marché mondial.

A quoi joue le Gouvernement guinéen ?

En début 2016, le prix du baril a chuté en dessous de 30 dollars, les citoyens guinéens ont continué toujours à acheté le prix du litre à 8000GNF malgré les menaces du mouvement syndical. A l’époque, le président de la République avait exclu toute baisse du prix du carburant à la pompe.

Cette fois-ci, après avoir accélérer les examens de fin d’année scolaire, le gouvernement passe à la vitesse supérieure en fixant le prix du litre à 10000 GNF.